Le blues de Daniel Cohn-Bendit

  • A
  • A
Le blues de Daniel Cohn-Bendit
@ REUTERS
Partagez sur :

Sur le thème de Je t’aime, moi non plus, les écologistes font jeudi leur rentrée politique.

Officiellement ils ont fait la paix. Mais comme à leur habitude, les Verts, qui avaient pourtant promis "l’unité" lors de leurs Journées d’été de Nantes, se chamaillent déjà, à peine arrivés. Ainsi quelques heures après le lancement de ces journées, Daniel Cohn-Bendit faisait jeudi part de sa "lassitude".

"Ils n'ont pas besoin de moi"

"La vérité aujourd'hui c'est que la construction d'Europe Ecologie ne passe pas par moi", a confié le chef de file EE à des journalistes à son arrivée sur le campus nantais.

"J'ai donné, j'ai fait ce que je sais faire et visiblement je ne suis pas le grand spécialiste de l'organisation politique", a-t-il insisté, visiblement las.

Quelques minutes auparavant, Cécile Duflot, la secrétaire nationale des Verts, assurait pourtant - devant les caméras - qu'il n'y a "aucun problème" dans le rassemblement. Un avis que Daniel Cohn-Bendit ne partage pas : "si, il y a des problèmes à régler" mais "ils n'ont pas besoin de moi pour les régler".

"Si je n'étais pas poli..."

Selon l'eurodéputé régulièrement en conflit avec le numéro deux des Verts Jean-Vincent Placé, "il y a des personnalités qui ne rêvent que d'avoir un appareil en main, c'est leur vie, si je n'étais pas poli, je dirais que ça les fait bander" mais ce n'est "pas tout à fait ma tasse de thé".

"J'ai mon avenir derrière moi politiquement (...) l'avenir d'Europe Ecologie au-delà des deux prochaines années, ce n’est pas moi", a-t-il fait valoir, exprimant "une véritable lassitude" et désireux de "prendre un peu ses distances".

Rappelant qu'il n'avait "pas envie" d'être candidat à la présidentielle de 2012, il a affirmé que "si Eva Joly s'impose comme candidate" il la soutiendra et participera à sa campagne.

Cécile Duflot contaminée ?

Cécile Duflot pourrait, elle aussi, apporter son soutien à Eva Joly. Pas plus optimiste que Daniel Cohn-Bendit, la secrétaire des Verts a reconnu dans les colonnes du Nouvel Obsavoir "peur" de la "tuerie" que représente la campagne électorale pour la présidentielle de 2012. "On peut-être un peu lucide sur soi-même. Aujourd'hui, je pense que je n'ai pas les épaules suffisantes pour porter seule une telle charge", a-t-elle assuré.

Les Verts et Europe Ecologie doivent devenir un "mouvement unifié" aux assises de l'écologie à Lyon le 15 novembre prochain.