Le banquet de Rivarol, la dernière provoc de Le Pen

  • A
  • A
Le banquet de Rivarol, la dernière provoc de Le Pen
@ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

C’est aux cotés de la frange la plus radicale de l’extrême-droite française que Jean-Marie Le Pen a décidé de s’afficher. 

Jean-Marie Le Pen continue ses provocations. Samedi midi, il va ainsi se rendre au banquet de Rivarol, le journal d’extrême-droite dans lequel l’ancien président d’honneur du Front national avait qualifié, il y a un an, les chambres gaz de "détail de l’histoire", une fois de plus. L’interview de trop, dans un climat déjà tendu avec sa fille Marine Le Pen, qui avait entraîné son exclusion du Front national. Mais qui sont ces groupuscules avec qui déjeunera Jean-Marie Le Pen ?

"Record de condamnations depuis la fin de la seconde guerre mondiale". Pétainistes revendiqués, antisémites assumés, c’est aux cotés de la frange la plus radicale de l’extrême-droite française que Jean-Marie Le Pen a décidé de s’afficher samedi. C’est même l’invité d’honneur des 65 ans du journal Rivarol, un hebdomadaire  dont le directeur se félicite de détenir "le record de saisis et de condamnations depuis la fin de la seconde guerre mondiale".

"Je viens là où l’on m’invite". Pour justifier sa venue, Jean-Marie Le Pen répond simplement : "je viens là où l’on m’invite". Pour certains de ses proches, c’est par goût immodéré de la provocation, sa dernière interview à ce journal ayant entraîné son exclusion du Front national. Et pour ceux qui ont cessé d’être ses amis, c’est parce que le vieux chef cherche à exister malgré tout.

Le FN s'en félicite. Au Front national, en tout cas, c’est le soulagement. "Ce n’est plus notre affaire". Un des cadres savoure : "ça nous donne raison, ça clarifie les choses". Ce qui risque de poser plus de souci, c’est la lettre qui sera lu ce midi, signé Bruno Gollnish, un député européen, toujours membre, lui du Front National.  Une lettre dans laquelle il salue "la constance" de ce journal face à "la dictature morale" Marine Le Pen n’a pas été prévenue de cette initiative.

>> Europe 1 vous révèle le contenu de la lettre en question

  La lettre de soutien de Bruno Gollnisch