Le 7 mai 2011, DSK était à la Une

  • A
  • A
Le 7 mai 2011, DSK était à la Une
Dominique Strauss-Kahn préparait son "come back" sur la scène politique française.@ Reuters
Partagez sur :

Europe1.fr a ressorti quelques archives pour une revue de presse un an après.

Il y a un an tout juste, l'élection présidentielle était bien loin d'être jouée. Le PS était à quelques semaines du dépôt des candidatures en vue de la primaire socialiste, DSK était encore en course, le centre se mettait en ordre de marche et la droite croyait aux chances de Nicolas Sarkozy. Europe 1.fr vous propose une revue de presse politique de cette journée du 7 mai 2011.

La montée en puissance de DSK

Laurent Fabius

© REUTERS

Alors que beaucoup de politiques sont venus à Denain, dans le Nord, rendre un dernier hommage au député PS Patrick Roy, mort des suites d'un cancer, Dominique Strauss-Kahn, lui, prépare son "come back" sur la scène politique française. Beaucoup d'élus socialistes misent sur lui pour être le candidat du PS à la présidentielle. Ses lieutenants préparent le terrain. Laurent Fabius affiche clairement son soutien au patron du FMI. L'ex-Premier ministre rentre juste d'un séjour aux Etats-Unis où il a rencontré DSK. Dans une interview à Libération le 7 mai, le député de Seine-Maritime ne tarit pas d'éloges : Dominique Strauss-Kahn un homme qui dispose "de beaucoup d'atouts, notamment parce que la dimension économique, la crédibilité internationale et l'expérience gouvernementales" qui selon lui, "seront décisives". Un à un, Laurent Fabius "fait la place" pour son candidat.

Face à lui, Martine Aubry qui dixit l'ex-Premier ministre n'a pas "l'obsession présidentielle". Quant à François Hollande, déjà lancé dans la course à la primaire officielle, Laurent Fabius lui donne un conseil : "il a le droit évident d’être candidat, mais la vraie question, pour lui comme pour tout autre, c’est celle de l’utilité collective d’une candidature : Qu’est-ce que X apporte en chances de victoire collective par rapport à Y ou Z ? Sauf à présenter une ligne politique différente, qu’il faut alors préciser", déclarait à l'époque Laurent Fabius.

Même son de cloche du côté du député strauss-kahnien, Jean-Jacques Urvoas qui est "convaincu" que DSK  sera "le candidat". Il confiera même lui avoir offert il y a une huitaine de jours comme cadeau d'anniversaire "un disque de Snoop Dogg qui s'appelle Coming home (Reviens à la maison). L'appel est lancé.

"L'affaire de la Porsche"

DSK Porsche 930x620
Les proches de DSK occupent le terrain alors qu'il est empêtré, par ailleurs, dans une polémique autour de sa récente visite à Paris. Le patron du FMI et sa femme, Anne Sinclair, sont apparus à bord d'un luxueux bolide et ses opposants en profitent pour l'attaquer sur son train de vie. Interrogé par le Journal du Dimanche, Jean-Christophe Cambadélis, son "lieutenant", conteste qu'il puisse s'agir d'une "bêtise" de sa part. "C’est moins grave de monter dans la Porsche d’un ami que d’utiliser des fonds publics pour vanter le bilan calamiteux de Nicolas Sarkozy comme le fait l’UMP", assure-t-il. "Reste que c’est une faute d’attention quand on sait que Nicolas Sarkozy et l’UMP ont des puissants relais pour dénigrer leurs adversaires", reconnaît toutefois Jean-Christophe Cambadélis. 

Des voix discordantes à gauche

Pierre Bergé assume et revendique ses attaques contre la gestion du Téléthon. 930620

© MAX PPP

DSK, l'homme fort des sondages, ne fait pourtant pas l'unanimité au sein de la gauche. Pierre Bergé, qui avait soutenu en 2007 Ségolène Royal lors de la campagne présidentielle, estime dans un entretien au Journal du Dimanche que Martine Aubry devrait être "la candidate naturelle" du PS à la présidentielle de 2012, sans même passer par l'étape des primaires.  Cet ancien proche de François Mitterrand regrette qu'actuellement la première secrétaire du PS, "femme de talent, de convictions", "ne se fasse pas mieux entendre".

La droite s'organise, le centre s'autonomise

patrick devedjian remaniement REUTERS 930620

© REUTERS

"Quand je vois Dominique Strauss-Kahn circuler en Porsche, je me dis qu'il n'a pas gagné !". L'attaque est signée Patrick Devedjian, l'ex-ministre UMP de la Relance qui dans une interview au Monde, assure que Nicolas Sarkozy a encore toutes ses chances malgré une impopularité croissante, car selon lui, "une campagne présidentielle, c'est aussi un affrontement de personnes". Un des artisans de la victoire de Nicolas Sarkozy en 2007 estime que les Français n'ont pas compris le "style" de Nicolas Sarkozy tout en estimant que la ligne politique du président doit évoluer : "il faut qu'il invente autre chose. Nicolas Sarkozy est dans l'heure du bilan" quatre ans tout juste après son élection. Or "un bilan ne sert pas à se faire élire (...), il est la condition de la crédibilité du programme à inventer", préconise le président du conseil général des Hauts-de-Seine.

Une impopularité qui, selon Patrick Devedjian, montre un "vrai divorce entre le fond et la forme. Nicolas Sarkozy a réalisé des réformes considérables qui resteront, mais il pâtit de sa spontanéité", affirme-t-il ce 7 mai 2011.

05.12 hervé morin 930x620

© Reuters

Dans le même temps, le conseil national du Nouveau Centre de l'ancien ministre de la Défense, Hervé Morin se réunit avec le Parti radical avec l'espoir de porter un candidat et  un projet pour la présidentielle. "Aujourd'hui, ce n'est pas un accord de boutiquier, ni une alliance de circonstances. Ce sont des retrouvailles, c'est une refondation", s'exclame le président du Parti radical, Jean-Louis Borloo, qui finira par soutenir le président sortant en 2012.

Et Christophe Alévêque est… candidat

Les humoristes aussi s'engagent dans cette campagne présidentielle. Invité d'Europe 1 ce 7 mai 2011, Christophe Alévêque, qui a fait acte de candidature à la présidentielle, justifie sa démarche : "la politique est devenue un spectacle donc c'est normal qu'un vrai pitre fasse partie du débat". Evoquant les 500 signatures nécessaires pour se présenter, l'humoriste déclare : "des élus j'en connais un paquet" du fait des tournées. Avec son spectacle, "Super Rebelle", il fera le tour de la France.