Laurent Wauquiez : "Il y a un acharnement du gouvernement contre les classes moyennes"

  • A
  • A
Laurent Wauquiez : "Il y a un acharnement du gouvernement contre les classes moyennes"
Laurent Wauquiez estime que la politique fiscale du gouvernement cache "un mépris du président pour la France des territoires".@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

Dans une interview au "Journal du Dimanche", le président des Républicains critique la politique économique d'Emmanuel Macron, dans laquelle il dit percevoir "un mépris pour la France des territoires".

Un mois après son élection à la tête des Républicains, Laurent Wauquiez n'a rien perdu de son caractère offensif. Sa cible, elle non plus, n'a pas changé. Dans une interview au JDD dimanche, le président de LR s'en prend à la politique fiscale du gouvernement, dénonçant "un acharnement contre les classes moyennes" et des retraités "sacrifiés".

Alors que le gouvernement assure que le salaire net des Français devrait augmenter avec la baisse des cotisations sociales, Laurent Wauquiez note plutôt "une augmentation de la dépense publique et une hausse massive de la CSG". "Il y a un acharnement du gouvernement contre les classes moyennes", lance-t-il ainsi dans les colonnes du Journal du Dimanche.

"J’y vois un mépris du président pour la France des territoires". Et de reprendre une attaque qu'il avait déjà formulée par le passé : "J’y vois un mépris du président pour la France des territoires, cette France des gens modestes qui prennent leur voiture pour aller travailler et qui, eux, ne profiteront pas des dispositions sur les produits financiers. Par contre, ils paieront la facture de la hausse du diesel, de l’essence, des contrôles techniques, voire les amendes avec les nouvelles règles s’ils dépassent les 80 km/h !", réprouve-t-il.

La hausse de la CSG, c’est 23 milliards d’euros d’impôts en plus ! C’est cela, le cadeau de début d’année de ­Macron

Les retraités sont "les sacrifiés de cette politique". "La hausse de la CSG, c’est 23 milliards d’euros d’impôts en plus ! C’est cela, le cadeau de début d’année de ­Macron. Quant aux retraités, ils sont les sacrifiés de cette politique. Ce n’est pas juste", conclut le président des Républicains.

Fin octobre, Laurent Wauquiez s'en était déjà pris au président de la République et à sa "haine de la province" selon lui. "Ça n'apporte rien au pays, ça dit la haine qu'il a pour votre serviteur. Je la lui laisse, qu'il vive avec, ça fera son quotidien. Ça ne fera pas manger les Françaises et les Français, ça ne fera pas progresser le pays", avait réagi le chef de l'État en décembre dernier, lors de sa fameuse interview avec Laurent Delahousse.