Laurent Fabius en route pour Israël

  • A
  • A
Laurent Fabius en route pour Israël
@ REUTERS
Partagez sur :

Le ministre des Affaires étrangères s'est envolé dimanche matin pour tenter d'obtenir un "cessez-le-feu".

Alors que les raids ont repris dimanche, dans la bande de Gaza, le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a quitté Paris pour Israël. Il s'y rend "pour appeler l'ensemble des parties à arrêter l'escalade et proposer l'aide de la France pour parvenir à un cessez-le-feu immédiat", a annoncé son ministère. Lors de ce déplacement d'une journée, le ministre rencontrera les autorités israéliennes et le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a précisé son ministère dans un communiqué.

>> En direct : suivez heure par heure l'évolution de la situation à Gaza, ici.

Jérusalem, Tel Aviv et Ramallah

"Ce déplacement, préparé en concertation avec nos principaux partenaires régionaux et internationaux, sera l'occasion d'entretiens avec le président Shimon Peres, le Premier ministre Benyamin Netanyahou, le ministre de la Défense Ehud Barak ainsi que le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman", a-t-on détaillé de même source. Cette visite avait été annoncée samedi d'Israël.

Pour ses entretiens avec les autorités israéliennes, Laurent Fabius se rendra à Jérusalem et à Tel Aviv. Il effectuera un déplacement à Ramallah pour rencontrer Mahmoud Abbas, avait-on indiqué de sources française et palestinienne.

Six journalistes blessés

L'armée israélienne a mené tôt dimanche de nouveaux raids sur Gaza, faisant au moins deux morts dans l'enclave palestinienne, où six journalistes ont également été blessés par une frappe visant des bureaux d'une chaîne de télévision. Samedi, des bombardements avaient détruit le siège du gouvernement du Hamas.

En dépit de ces violences, le président égyptien Mohamed Morsi s'est montré optimiste samedi, évoquant des contacts avec les deux camps et "quelques indications sur la possibilité d'un cessez-le-feu bientôt", lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan.

Israël a déclenché l'offensive en pleine campagne pour les élections législatives de janvier avec la liquidation du chef militaire du Hamas, Ahmad Jaabari, le plus important responsable tué depuis l'opération dévastatrice de décembre 2008-janvier 2009, qui n'avait fait cesser que provisoirement les tirs de roquettes depuis Gaza.