L'Assemblée a voté le projet de budget de la Sécu 2017 par 272 voix contre 240

  • A
  • A
L'Assemblée a voté le projet de budget de la Sécu 2017 par 272 voix contre 240
Les députés ont adopté le dernier projet de budget de la Sécu du quinquennat.@ JACQUES DEMARTHON / AFP
Partagez sur :

Les députés ont approuvé à 272 voix contre 240 le dernier projet de budget de la Sécu du quinquennat, qui prévoit entre autres la fin du célèbre "trou". 

L'Assemblée nationale a adopté mercredi en première lecture le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2017 par 272 voix contre 240, et seulement 15 abstentions. Les socialistes, radicaux de gauche et écologistes pro-gouvernement ont approuvé ce dernier projet de budget de la Sécu du quinquennat Hollande, qui promet la fin du célèbre "trou" et prévoit notamment une baisse de la CSG pour les retraités modestes. LR, UDI et Front de gauche se sont prononcés contre. Le vote a été moins large au même stade que l'an dernier (286 contre 245 en 2015) mais la participation au scrutin est en léger recul cette année, entre désarroi dans les rangs socialistes et fin des vacances scolaires.

Une mesure "électoraliste" selon la droite. La plupart des frondeurs, dont leur chef de file Christian Paul pour qui "la mesure en faveur des retraites modestes est importante", ont voté pour ce PLFSS. Seuls six socialistes se sont abstenus (contre 18 en 2015), dont les ex-ministres Aurélie Filippetti et Philippe Martin. Le groupe LR a critiqué une nouvelle fois un budget social "construit sur l'insincérité" et qui "signe la fin de règne d'un gouvernement aux abois". La baisse de la CSG est "très électoraliste, à six mois de votre départ", a lancé leur orateur Jean-Pierre Door, à l'unisson de Francis Vercamer (UDI) qui a vu un budget "en trompe-l’œil" et sans réformes de structure. Le vote également contre du Front de gauche s'explique par "une dégradation à l'issue de ce quinquennat de l'accès aux soins de tous". Entre "comptabilité insincère" et "injustice sociale", "le compte n'y est pas", a affirmé Jacqueline Fraysse.