Larcher : "il y a du bon à prendre" dans la loi Macron

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le président du Sénat était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach, mardi sur Europe 1.

Gérard Larcher, le président (UMP) du Sénat, était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach, mardi sur Europe 1. Alors que le projet de loi Macron arrive mardi devant les sénateurs, il a affirmé la "détermination" du Sénat à montrer "un chemin" lors de l'examen du texte. "Il y a du bon à prendre pour l'économie sur un certain nombre de sujets", a-t-il jugé, citant "l'urbanisme", "l'ouverture du dimanche" ou encore le logement, "bloqué depuis la loi Duflot". "Les Français attendent la croissance, qui est la seule voie vers l'emploi", a estimé Gérard Larcher. "Le Sénat apportera un certain nombre d'améliorations. Mais nous jouerons, en quelque sorte, le jeu de l'intérêt de la France", a-t-il promis.

"Des primaires ouvertes au centre, c'est l'essentiel". Interrogé sur la primaire UMP, dont les modalités seront discutées mardi soir en bureau politique, Gérard Larcher a salué le travail accompli jusqu'ici. "Des primaires ouvertes au centre, pour moi, c'est l'essentiel", a-t-il déclaré. "Ce qui me semble important, c'est que ça soit transparent, que ça crée une dynamique, car il nous faut au moins réunir autant de votants que le Parti socialiste". Le président du Sénat a aussi insisté sur le respect du choix des votants. "Ce qui est important, c'est que nous soyons derrière celui ou celle qui aura été choisi dans le cadre de la primaire", a-t-il insisté. "Aucun ne doit manquer".

Il veut entendre les dirigeants de la RATP. Alors que la RATP a finalement accepté lundi de faire figurer la mention "chrétiens d'Orient" sur une affiche publicitaire, Gérard Larcher a maintenu sa volonté d'auditionner ses dirigeants après cette polémique. "Je veux les écouter parce que je crois que cet épisode témoigne d'une conception déraisonnable de la laïcité", a-t-il expliqué, avant d'ajouter : "les chrétiens d'Orient, c'est un peuple au sens biblique en danger de mort".

>> L'interview en intégralité :



>> LIRE AUSSI - Solère : "Le Maire sera candidat" à la primaire UMP