Laporte dans un gouvernement de gauche ? "Pourquoi pas…"

  • A
  • A
Laporte dans un gouvernement de gauche ? "Pourquoi pas…"
Partagez sur :

"J’ai grandi aux côtés de Mitterrand. C’était le bon dieu", a raconté l’ancien secrétaire d’Etat aux Sports jeudi sur Europe 1.

"Quand je vois des hommes de gauche qui viennent dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy, ça ne me surprend pas", a expliqué jeudi sur Europe 1 Bernard Laporte. Et dans l’autre sens ? L’ancien secrétaire d’Etat aux Sports a confié qu’il n’écartait pas la possibilité de rentrer un jour dans un gouvernement de gauche. "Pourquoi pas ?", a-t-il glissé.

Pourquoi Bernard Laporte s’est-il lancé en politique ? "J’ai rencontré Nicolas Sarkozy et j’ai eu envie de le suivre", a-t-il expliqué. Mais il est aussi revenu sur les "convictions qui sont transmises par la famille". "[Mes parents] étaient de gauche, ils étaient socialistes, ils le sont toujours. Et moi j’ai grandi aux côtés de Mitterrand. C’était le bon dieu, c’était le pape", a raconté l’ancien secrétaire d’Etat aux Sports.

Découvrez en vidéo l'intégralité de l'interview de Bernard Laporte :

Bernard Laporte vient de publier Un bleu en politique, un livre dans lequel il raconte son expérience en politique avec des élus "grossiers, lâches et étroits d'esprit" qui l'ont "méprisé". "C’était une expérience extraordinaire, merveilleuse", a pourtant assuré l’ancien secrétaire d’Etat qui a visiblement oublié ses rancoeurs. "Je dis que Rachida Dati, je l’ai trouvé fausse à un certain moment mais après j’ai toujours soutenu Rachida Dati", a-t-il certifié. Quant à Bernard Kouchner, "il est différent de moi. Mais je n’ai rien contre lui", a insisté Bernard Laporte.

L’ancien sélectionneur du XV de France n’envisage pas dans l’immédiat de raccrocher son maillot d’homme politique. Interrogé sur une possible candidature aux élections régionales du printemps 2010, il a répondu : "on verra". "J’ai des comptes à rendre à Nicolas Sarkozy, à Xavier Bertrand", a-t-il précisé, expliquant que des discussions étaient en cours. Mais "je ne ferai pas une carrière" en politique, a prévenu Bernard Laporte.