Lang : "rumeurs abjectes" sur Sarkozy

  • A
  • A
Lang : "rumeurs abjectes" sur Sarkozy
@ dr
Partagez sur :

"Il faut que toute la classe politique dise stop à ces méthodes" a t-il indiqué sur Europe 1.

Interrogé sur les rumeurs qui entourent le couple Sarkozy, Jack Lang juge mardi sur Europe 1 qu’elles étaient "franchement répugnantes". "On peut critiquer le président, la politique gouvernementale mais cet assaut de rumeurs abjectes n’est pas acceptable. Je ne sais pas d’où elles viennent mais il faut que toute la classe politique dise stop à ces méthodes" a souligné l'ancien ministre de François Mitterrand. "C’est une part du prestige de la France qui est en cause" a t-il regretté.

"Dévaluation de la parole publique"

Peut-on faire un lien entre ce déballage de la vie privée des politiques et un certain désenchantement des Français à l'égard de la vie politique ? Le député du Pas-de-Calais a en tout cas regretté ces deux aspects soulignant que "si la vie politique était moins malade", les choses se passeraient sûrement autrement".

"Des larmes de crocodile"

"Les Français sont las du manque de courage de leurs dirigeants. La dévaluation de la parole publique et les petits calculs l’emportent trop souvent sur les convictions" a déploré Jack Lang. La taxe carbone est très emblématique de cette situation. Après l’annonce de son report sine die, "une partie de la gauche verse des larmes de crocodile sur cette défunte taxe, hier pourtant pourfendue" a t-il analysé.

Jack Lang distille aussi ses conseils à Nicolas Sarkozy : "l’impopularité ne doit pas empêcher de gouverner". "On peut peut-être espérer qu’à la faveur de la réforme des retraites, le président consente enfin à revoir notre système de fiscalité". A savoir réexaminer l’impôt sur la fortune et le bouclier fiscal.

L'idéal, quatre ans de mandat

Interrogé sur le bal des prétendants à 2012 à droite comme à gauche, Jack Lang se montre ironique : "je ne compte pas participer à cette orchestration des candidats". "Je n’ai pas pour autant l’intention de croiser les bras" a t-il précisé. Avant de conclure : "ce n’est pas parce que je ne suis plus membre de l’appareil (NDLR : socialiste) que je vais rester silencieux". "La gauche se reconstitue une santé encore lentement" a souligné l’ancien ministre de la Culture. "Certes, elle a gagné les régionales mais elle doit inventer une autre vision" a-t-il ajouté.

A propos de la prise de position de Martine Aubry sur la durée trop courte du mandat présidentiel, Jack Lang rappelle que le quinquennat est une conquête de la gauche". Revenir au septennat signerait donc un retour en arrière. "Dans la plupart des pays démocratiques du monde, la durée d’un mandat est de quatre ans" a conclut Jack Lang. A bon entendeur.