L'Alliance centriste ne participera pas à la primaire de la droite

  • A
  • A
L'Alliance centriste ne participera pas à la primaire de la droite
Jean Arthuis a pourtant "rêvé" de cette primaire. @ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

La composante de l'UDI a décidé de ne pas participer à la primaire de la droite, mais entend "défendre sa vision" dans les débats de l'élection présidentielle.

L'élection se fera sans elle. L'Alliance centriste, une des composantes de l'UDI, a décidé samedi de ne pas participer à la primaire de la droite, et le député Philippe Folliot succède à Jean Arthuis à la présidence du parti, selon un communiqué. En février dernier lors de son congrès, l'Alliance centriste, représentée par 12 parlementaires, "avait annoncé son souhait de participer" à cette primaire mais "les conditions ne sont pas réunies pour engager cette participation et promouvoir notre projet +libres et responsables+", est-il précisé. "Oui, j'en ai rêvé", a écrit sur le site du parti Jean Arthuis, qui se tenait prêt pour "une campagne de témoignage".

L'Alliance centriste se rallie à la décision de l'UDI. Mais "l'UDI s'est prononcée contre toute candidature centriste à cette élection primaire" et y participer, "c'est opter pour un camp en risque de dérive droitière", justifie-t-il. Désormais président d'honneur, Jean Arthuis entend privilégier son mandat au Parlement européen. Philippe Folliot, élu du Tarn, était jusqu'alors président exécutif. "L'Alliance centriste entend prendre part à l'élection présidentielle pour y défendre sa vision et ses valeurs : porter l'idée d'une Europe forte, politique et démocratique", ajoute le parti. "Notre devoir est désormais de tout faire pour qu'émerge un candidat partageant nos valeurs, notre vision et notre projet", juge Jean Arthuis.