La virée en avion de Sarkozy à New York

  • A
  • A
La virée en avion de Sarkozy à New York
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le chef de l’Etat s’y est rendu en avion gouvernemental, mais l’Elysée assure qu’il a payé son billet.

Nicolas Sarkozy "s’est acquitté d’un billet au tarif commercial", lors d'un voyage privé à bord d'un avion appartenant à l'Etat. La présidence de la République a réagi mardi à une information révélée par France Inter, selon laquelle le chef de l’Etat a utilisé un Faclon 7X pour un déplacement privé à New York.

Entre 2.000 et 4.000 euros le billet

Nicolas Sarkozy a effectué un voyage éclair de 48 heures à New York le 5 février dernier à bord d'un Falcon 7X de seize places, acheté en même temps que l'Airbus A330 baptisé par la presse "Air Sarko One" pour remplacer deux appareils gouvernementaux plus anciens.

Mais voulant éviter toute nouvelle polémique dans un climat déjà tourmenté, l’Elysée a tenu à souligner que le chef de l’Etat avait réglé le prix d’un billet au tarif commercial puisqu'il utilisait l'appareil "à titre privé". Selon la présidence, citée par lemonde.fr, le chef de l’Etat s’acquitte toujours, dans ce cas de figure, du prix d’un billet en classe affaires, soit un tarif compris entre 2.000 et 4.000 euros.

Sur les conseils de la Cour des comptes…

Un tarif sur lequel s’interroge le site du quotidien qui précise que le prix d’un vol en Falcon 7X n’est pas le même que celui sur un avion de ligne. Si un vol régulier en classe affaires coûte entre 1.000 et 4.000 euros, une heure de vol en Falcon 7X coûte, elle, 7.000 euros et surtout la location d’un tel appareil par un particulier l’obligerait à débourser des centaines de milliers d'euros.

Mais c’est en fait la Cour des comptes qui est derrière cette pratique. Dans son rapport de 2009, elle avait souligné que le chef de l’Etat - en fonction 24 heures sur 24 - ne peut faire autrement que de prendre un appareil gouvernemental, même dans le cadre de déplacements privés pour des raisons de coûts.

Le président de la Cour des comptes avait expliqué, à l’époque, qu’il était, en effet, plus coûteux de le faire voyager sur un avion de ligne que sur un avion de l’ETEC - l'Escadron de transport, d'entraînement et de calibration - en raison du dispositif de sécurité nécessaire à la protection du président de la République. Ainsi, en payant entre 2.000 et 4.000 euros pour voler à bord du Falcon 7X, Nicolas Sarkozy n’a fait que suivre les recommandations de la Cour des comptes.