La taxe "sodas" votée et... doublée

  • A
  • A
La taxe "sodas" votée et... doublée
@ MAXPPP
Partagez sur :

Les boissons avec des édulcorants seront aussi taxées, ont décidé les députés.

Les "light" n'y échapperont pas. Vendredi, l'Assemblée a approuvé le principe de la taxe "soda". Conformément aux souhaits de Valérie Pécresse, la ministre du Budget, la taxe sera doublée par rapport à la proposition initiale du gouvernement. Elle rapportera 240 millions d'euros, plus 40 millions pour la taxe sur les boissons édulcorées. Car contrairement à ce que souhaitait le gouvernement, les boissons contenant des édulcorants sont aussi concernées.

L'Assemblée nationale a ainsi suivi les recommandations de la commission des Finances qui avait validé mercredi 12 octobre le doublement de la taxe et son extension aux "light". Un élargissement contre lequel s'étaient dressés, en vain, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand, le ministre de la Santé. "Elargir l'assiette de cette taxe lui ferait perdre sa cohérence", avait estimé la ministre, insistant sur l'objectif de lutte contre l'obésité, fixé par le projet initial du gouvernement.

La canette coûtera 2 centimes plus cher

Concrètement, cette nouvelle taxe fera augmenter le prix des canettes de 33 cl de deux centimes. La moitié des 240 millions de recettes sera affectée à la Sécurité sociale pour lutter contre l'obésité. Le reste permettra une exonération de charges pour les salariés agricoles. La totalité des recettes de la taxe sur les boissons light fera simplement entrer de l'argent dans les caisses de l'Etat, a jugé Valérie Pécresse.

En revanche, l'amendement de l'UMP Richard Maillé de taxer sept fois plus les boissons énergisantes n'a pas été défendu par l'Assemblée. Un vote solennel mardi entérinera ces deux nouvelles taxes qui sont adoptées dans le cadre de l'examen de la première partie - celle des recettes - du projet de loi de finances pour 2012.

Des taxes qui n'arrangent pas Coca-Cola

La taxe sur les sodas light est un coup dur porté à Coca. Les boissons édulcorées (light et zéro) représentent près de la moitié des ventes de Coca en France. Sans l'ajout de cette taxe, Coca aurait pu grignoter sur les ventes d'Orangina, dont les boissons light n'ont pas le même succès.

Un vote solennel doit entériner le texte mardi.