La stratégie du FN pour les départementales

  • A
  • A
La stratégie du FN pour les départementales
@ AFP
Partagez sur :

ENQUÊTE - Préparer un budget de combat, parler immigration et sécurité… Le Front veut mettre le paquet.

Ce ne pourra pas être des élections comme les autres. Les 22 et 29 mars prochain, les électeurs se rendront aux urnes pour élire leurs conseillers généraux, avec le souvenir encore vif des attentats de début janvier. Dans ce contexte, le FN, qui fait de la sécurité et la laïcité ses thèmes de prédilection, espère bien faire une percée. Selon les informations d'Europe1, le parti de Marine le Pen met le paquet pour faire exploser son score d'il y a quatre ans, où il n'avait remporté qu'un seul élu.

Une communication de "pro". Le FN a en effet prévu 8 à 10 millions d'euros  pour cette campagne. Une convention spéciale départementale est déjà calée au 28 février, à Paris. Et histoire de faire professionnel, chaque candidat aura son affiche. En 2011, les "candidats fantômes" étaient légion, représentés par une affiche de Marine le Pen. La présidente reste tout de même l'argument de vente, car le slogan affichera la couleur : ce sera "le Nord bleu Marine"," le Var bleu Marine", etc.

>> LIRE AUSSI - Jean-Marie Le Pen : "Désolé, je ne suis pas Charlie"

Sécurité et immigration. Le FN va également donner à ces élections une tournure nationale. Avant les attentats, l'idée était d'insister sur la défense du département, la fiscalité, les services publics. Mais depuis les attentats, un dirigeant l'assume : "on parlera aussi sécurité et immigration", même si les départements n'ont pas de compétences en la matière.

>> LIRE AUSSI - FN : les frères Kouachi "auraient dû être expulsés"

Y aura-t-il un effet "attentats" ? Le FN ignore si les attentats ou l'absence de Marine le Pen à la marche parisienne auront un impact électoral. "Les élections sont encore loin", confie un élu. Mais un dirigeant frontiste revendique trois fois plus d'adhésions qu'une semaine normale (ce qui est invérifiable évidemment). Quant à la vidéo du discours de Marine le Pen le jour de la fusillade de Charlie Hebdo, elle a été vue par un million de personnes. Ses vœux, eux, n'avaient attiré que 50.000 curieux.