La réforme territoriale mal vécue au PS

  • A
  • A
La réforme territoriale mal vécue au PS
@ Reuters
Partagez sur :

Départements et régions sont majoritairement tenus par le parti. Du coup, le "big-bang" territorial voulu par Manuel Valls suscite l’incompréhension.

Sur les 22 régions françaises, le Parti socialiste en tient 19. Quant à la centaine de départements, ils sont tenus pour la moitié d’entre eux par le PS. Alors forcément, l’ambitieuse réforme territoriale de Manuel Valls passe mal dans les troupes du parti majoritaire. Le Premier ministre, qui reçoit mardi après-midi à Matignon les représentants des départements et des régions, souhaite en effet supprimer les conseils départementaux à l’horizon 2021 et réduire de moitié, dès 2017, le nombre de conseils régionaux. Autant de balles dans le pied pour la base et les élus locaux.

"Une politique de gribouille". Parmi les présidents de région, il y en a tout de même qui veulent jouer le jeu. Bourgogne et Franche-Comté ont ainsi débuté des négociations en vue d’un rapprochement. Mais beaucoup d’autres sont sceptiques. L’un d’eux, interrogé par Europe 1, dénonce même "une politique de gribouille, sans vision alors qu’on vient de voter une loi de décentralisation". Un hiérarque socialiste l’admet : ça râle. "Ils trouvent ça brutal qu’un Premier ministre socialiste demande à des socialistes de renoncer à leur pré carré". D’autant que l’objectif des 11 régions semble illusoire. Pour un élu, "Finir à 15, ce serait déjà très ambitieux", glisse un élu.

La crainte du chômage. La disparition des conseils généraux semble elle davantage faire consensus, même si des socialistes craignent des effets secondaires. Ils pointent ainsi la suppression d’un vaste réseau local d’influence socialiste, mais aussi des pertes d’emplois pour des militants. Près de 2.000 collaborateurs ont déjà perdu leur travail à cause de la déroute des municipales. Un dirigeant du parti se veut pourtant rassurant sur ce point. "On jouera sur les départs en retraite et le redéploiement de personnels vers d’autres collectivités", assure-t-il.   

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

BREIZH - Nantes se lève pour une réunification avec la Bretagne

REFORME - Régions, départements : la réforme qui ne fâche pas tant que ça

SCENARIOS - Régions, départements : que sera la France de demain ?

PROPOSITION - Un regroupement Haute-Normandie-Picardie ?

DECRYPTAGE - Fusionner les régions, c'est faire des économies