La réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% en 2025 est votée

  • A
  • A
La réduction de la part du nucléaire de 75% à 50% en 2025 est votée
@ REUTERS
Partagez sur :

A VOTE - Les députés ont adopté vendredi l'article 1 du projet de loi de transition énergétique.

L'INFO. Enfin ! Après une semaine de débat et d'obstruction parlementaire de la part de l'opposition, l'article 1 du projet de loi de transition énergétique, qui prévoit de réduire la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025, a été voté vendredi par l'Assemblée nationale.

>> A LIRE AUSSI - Transition énergétique : comment les élus UMP bloquent le débat

Le vote solennel aura lieu le 14 octobre. Le même article programme également la diminution de moitié de la consommation énergétique en 2050 par rapport à 2012. Les députés y ont ajouté un objectif intermédiaire de réduction de 20% de la consommation en 2030, via un amendement gouvernemental. Parmi les autres objectifs définis, figurent la baisse des émissions de gaz à effet de serre de 40% entre 1990 et 2030, et leur division par 4 en 2050. Enfin, la part des énergies renouvelables doit être portée à 23% en 2020 et 32% en 2030, et la consommation des énergies fossiles diminuer de 30% en 2030. Le vote solennel de ce projet de loi, qui compte 64 articles et près de 2.500 amendements, aura lieu le 14 octobre.

>> A LIRE AUSSI - Ce que prévoit la loi sur la transition énergétique

"La priorité de ce texte est les économies d'énergie". La réduction de la part du nucléaire est vivement combattue par l'UMP, hostile à un "parti pris idéologique" et à "un compromis politique entre le candidat François Hollande et les écologistes". UMP et UDI reprochent aussi à la majorité de ne rien dire de l'impact de ce choix sur les factures d'électricité. Ainsi le député du Haut-Rhin Michel Sordi, dont la circonscription comprend la centrale de Fessenheim menacée de fermeture, a redit vendredi matin être "attaché au nucléaire" ainsi qu'aux emplois qui en découlent, et "convaincu qu'il fait partie de la transition énergétique". Mais pour la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, qui porte ce texte, la nouvelle répartition entre les énergies "va faire baisser les factures" et "la priorité de ce texte est les économies d'énergie".