LA PHOTO – "Le regard ailleurs" de Gilbert Collard dans le Gard

  • A
  • A
LA PHOTO – "Le regard ailleurs" de Gilbert Collard dans le Gard
Robert Ménard, le maire de Béziers, a répondu jeudi à l'invitation de Gilbert Collard, candidat à sa réélection dans le Gard.@ SYLVAIN THOMAS / AFP
Partagez sur :

Photographe pour l’AFP, Sylvain Thomas a couvert la conférence de presse de Gilbert Collard et Robert Ménard, jeudi dans le Gard, où l'avocat est en difficulté avant le second tour des législatives.

MAKING OF

Chaque semaine, Europe1.fr vous propose un regard décalé sur la campagne des législatives, dans l'objectif d'un photographe de l'AFP.

"À deux jours du second tour des législatives, Gilbert Collard est en difficulté. Et il le sait. L'avocat, un des deux députés sortants du Front national, espère conserver son siège dans cette 2ème circonscription du Gard au fort vote frontiste (33,54% au premier tour de la présidentielle). Mais l'ex-torera et novice en politique Marie Sara, choisie pour défendre les couleurs de La République en marche!, part avec une longueur d'avance. Selon un sondage Ifop pour le JDD, elle l'emporterait dimanche avec 56% des suffrages.

Alors Gilbert Collard a décidé de recevoir à son chevet les ténors de son camp, à l'image de Marion Maréchal-Le Pen, venue mercredi soir à son meeting au Cailar. Et de Robert Ménard, le maire pro-FN de Béziers, invité jeudi à sa conférence de presse, au Grau-du-Roi. Sylvain Thomas, photographe pour l'AFP, était présent lors de ce rendez-vous, dont il a pu observer les coulisses."

  • Choisir le moment

"Je suis arrivé sur les lieux jeudi vers 11h30, soit une demi-heure avant le début de la conférence de presse, prévue au café "La Marine", sur le port du Grau-du-Roi. Ce n'est pas la première fois qu'ils se réunissent là-bas. Quand on voit la devanture, on ne peut pas le rater. Déjà avant d'arriver, j'avais en tête de faire cette photo. À ce moment-là, ils sont en train de rentrer pour aller s'installer sur la terrasse, dos à moi, car l'établissement est séparé en deux parties.

Au moment où je fais cette photo, plusieurs personnes étaient sur le passage du port. Pour l'anecdote, un homme est alors passé en marchant et les a insultés. Eux n'ont pas bronché."

  • Décrire une ambiance

"J'étais avec la correspondante de l'AFP à Montpellier, mais ce n'était pas la foule médiatique. Il y avait un photographe et deux télévisions, je crois. Rien à voir avec la visite du Premier ministre au Grau-du-Roi et à Aigues-Mortes auprès de Marie Sara. Même chose au niveau du public. Pour Gilbert Collard, c'était beaucoup plus calme, il y avait beaucoup moins de monde. La plupart des personnes présentes étaient des sympathisants du FN.

Robert Ménard et Gilbert Collard n'étaient pas détendus, ils étaient plutôt crispés. Quand ils étaient assis, je suis allé les voir pour leur dire de me regarder afin de faire une photo. Le premier l'a fait ; Collard, lui, fuyait du regard.

Dans sa conférence de presse, j'ai trouvé d'ailleurs qu'il parlait beaucoup de la venue d'Édouard Philippe l'après-midi, annonçant même avoir saisi le parquet financier et la commission nationale des comptes de campagne à propos de cette visite. Robert Ménard a quant à lui expliqué que Gilbert Collard l'avait appelé et qu'il avait répondu à l'invitation 'avec plaisir'. Finalement, après 30-40 minutes, à la fin de la conférence de presse, il est parti presque immédiatement."

  • Réfléchir au cadrage

"Dans ma tête, j'avais déjà prévu de prendre cette photo avec le nom du café en gros derrière. Il faut dire qu'il correspond bien au parti... L'idée, c'était donc simplement qu'on les voit arriver et qu'on distingue l'écriteau "La Marine"."

  • Donner du sens à une image

"Quand on regarde le cliché, on voit bien dans leur visage qu'il n'y a pas de joie, qu'ils ont le regard ailleurs. Je crois que Gilbert Collard voit que son mandat est en train de lui échapper. Il essaye de ramener des personnalités pour qu'on s'intéresse à lui. Je suis malgré tout étonné qu'il n'ait fait qu'une conférence de presse. Ils ne sont pas allés sur le marché par exemple, alors que jeudi matin, il y avait beaucoup de monde…"