"La menace terroriste est bien réelle" en France

  • A
  • A
"La menace terroriste est bien réelle" en France
Partagez sur :

Le ministre de l’Intérieur a annoncé mercredi sur Europe 1 vouloir faire des aéroports français "les plus sûrs d’Europe".

Brice Hortefeux a participé mardi soir à l’Elysée à une réunion spéciale sur les moyens de lutter contre le terrorisme. En France, "la menace est bien réelle", a estimé mercredi sur Europe 1 le ministre de l’Intérieur, qui a cité les exemples de l’attentat manqué du 25 décembre dans un avion aux Etats-Unis, et l’interpellation le 8 octobre dernier en Isère d’un "individu dont l’objectif était clairement d’organiser un acte terroriste sur notre territoire". Brice Hortefeux souhaite donc que la liste des pays à risques soit élargie. "Aujourd’hui, il y en a sept, il faut sans doute qu’on monte entre 20 et 30", a-t-il estimé, citant les exemples du Yémen, du Pakistan, de l’Iran, de l’Afghanistan ou encore du Mali.

"La vigilance doit être permanente", a poursuivi Brice Hortefeux. Le ministre de l’Intérieur a indiqué que l’effort se porterait surtout sur les aéroports français, dont l’objectif est qu’ils soient "les plus sûrs d’Europe". Pour ce faire, il a annoncé que depuis le 1er janvier, "100% des passagers qui se rendent aux Etats-Unis des aéroports français font l’objet d’une fouille systématique". Par ailleurs, Brice Hortefeux a rappelé que son ministère exigeait des compagnies aériennes qu’elles livrent la liste de leurs passagers et les informations en leur possession. Celles qui ne le feront pas seront "sanctionnées financièrement", a-t-il prévenu.

Enfin, la possibilité de mettre en place des scanners corporels n’est pas écartée. Un groupe de travail souhaité par Nicolas Sarkozy se penche actuellement sur ces questions techniques, qui "seront tranchées dans moins d’un mois", a indiqué le ministre de l’intérieur.

Regardez l’intégralité de l’interview de Brice Hortefeux sur Europe 1 :

Brice Hortefeux a également défendu sa politique en matière de sécurité. "Je ne pratique pas la politique du chiffre, mais je revendique la culture du résultat", a-t-il formulé. Le ministre de l’intérieur a nié l’existence d’une dégradation entre les forces de l’ordre et la population. "L’immense majorité de nos concitoyens comprennent la mission qui est la leur", a-t-il juré, assumant la politique de primes en fonction des résultats. "Quand on travaille, quand on assume sa mission, quand on obtient des résultats, il est normal qu’on soit récompensé et stimulé."

Enfin, Brice Hortefeux a évoqué les prochaines élections régionales de mars 2010, mal engagées pour la majorité, à tel point que le Parti socialiste songe au Grand Chelem. "Les socialistes font preuve d’une arrogance hallucinante", s’est agacé le ministre de l’Intérieur. "Ils ont déjà 20 régions sur 22, ils veulent la totalité, c’est une curieuse conception de l’équilibre de la vie démocratique.