La machine Sarkozy en ordre de marche

  • A
  • A
La machine Sarkozy en ordre de marche
2012 : A 100 jours du premier tour de la présidentielle : le puzzle de campagne de Sarkozy se complète@ MAXPPP
Partagez sur :

Equipe, argumentaires, logistique : ce que l’on sait déjà du puzzle de campagne de Sarkozy.

Février ? Mars ? La date "officielle"d’entrée en campagne de Nicolas Sarkozy n’est pas encore connue. Mais, alors que le président sortant fait durer le suspens, en coulisses l'UMP s’affaire pour rendre opérationnelle sa campagne en un claquement de doigt. Argumentaires, logistique : Europe1.fr détaille, à 100 jours du premier tour, les pièces du puzzle de campagne de Nicolas Sarkozy.

Une équipe remontée à bloc - Trois groupes sont à l’œuvre pour préparer la campagne et le programme de Nicolas Sarkozy. Le premier, "le comité stratégique" s’articule autour du patron de l’UMP Jean-François Copé, du Premier ministre François Fillon, du ministre de l’Intérieur Claude Guéant, de celui des Affaires étrangères Alain Juppé, de l’Agriculture Bruno Le Maire et de l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. Leur rôle : définir les lignes fortes de programme Sarkozy. Côté logistique, ce sont Olivier Biancarelli, conseiller de l’Elysée, Guillaume Lambert, chef de cabinet de Sarkozy, et surtout l’ancien ministre Brice Hortefeux qui sont à l’oeuvre. Ils ont pour mission de rendre immédiatement opérationnelle la campagne "officielle" de Nicolas Sarkozy. Enfin, la cellule riposte de l’UMP, se charge déjà, avec beaucoup de zèle, du dézingage du principal adversaire de Nicolas Sarkozy, François Hollande. (Cliquez ici pour en savoir plus sur cette cellule riposte).

Quel directeur de campagne ? - En 2007, c’est Claude Guéant qui avait eu la charge de  diriger la campagne de Nicolas Sarkozy. Aujourd’hui ministre, il ne pourra occuper la fonction. Plusieurs noms circulent donc pour le remplacer. Daniel Canepa d’abord. Le Préfet de Paris et de la région Ile-de-France, un des meilleurs connaisseurs de l'appareil d'Etat et un homme de confiance du président, serait en bonne place pour le fauteuil. Le Monde croit également savoir que René Ricol, chargé des investissements d'avenir issus du grand emprunt a de bonnes chances de l’emporter. L’idée, en tout cas, serait poussée "par Alain Minc, visiteur du soir du président". Pour l'instant le principal intéressé dément du bout des lèvres.

Un QG dans le XVe - Nicolas Sarkozy a tranché entre les trois propositions qui lui étaient faites : il installera son QG dans le XVe arrondissement de la capitale, a appris Europe 1. Brice Hortefeux a déjà multiplié les visites pour mettre en ordre de marche ce site proche de la Seine. Dans le XVe, le bâtiment cumule l’avantage d’être à proximité de l'Elysée et du nouveau siège de l'UMP. En terme d’image, l’arrondissement a également une réputation moins bling-bling que le 16e ou le 7e, où l’état-major du futur candidat avait fait plusieurs visites.

Les encouragements de Carla - Jeudi soir sur France 3, la première dame -qui avait pu se montrer moins disserte sur le sujet - s’est dit prête à soutenir son mari au cas où il serait candidat. Mieux encore, elle assure qu’elle participera "bien volontiers" à la campagne. "Je ne sais pas quel sera mon rôle mais s'il a besoin de moi je serai là", a-t-elle martelé.

Quid de la web-campagne ? - L’agence digitale Emakina, présidée par Manuel Diaz et auteure du nouveau site de l’UMP, est évidemment pressentie pour mener la stratégie numérique du candidat en campagne. Nicolas Princen, conseiller web à l’Elysée, pourrait également mettre la main à la pâte. Il s’est montré très présent sur le sujet au mois de décembre.