La loi travail, "un vrai élan pour la démocratie sociale"

  • A
  • A
La loi travail, "un vrai élan pour la démocratie sociale"
"Ce texte marche sur deux jambes, il est équilibré", a déclaré la ministre.@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Myriam El Khomri a présente jeudi son texte de loi sur le travail au Conseil des ministres. Dans le même temps plusieurs manifestations sont organisées à travers la France.

Le projet de loi travail controversé représente un "vrai élan pour la démocratie sociale", a assuré jeudi la ministre du Travail Myriam El Khomri, à la sortie du Conseil des ministres après y avoir présenté son texte.

"Ce texte marche sur deux jambes". "C'est un vrai nouvel élan, un nouvel élan pour la démocratie sociale dans notre pays", a-t-elle déclaré. "Ce texte marche sur deux jambes, il est équilibré", a ajouté la ministre. Il propose "à la fois des nouvelles souplesses aux entreprises pour améliorer la compétitivité de notre économie, et puis de nouvelles protections, de nouveaux droits pour les salariés".

De nouveaux droits. Le texte, qui sera examiné à partir d'avril à l'Assemblée nationale, comprend de nouveaux droits, dont le compte personnel d'activité (CPA), des moyens syndicaux accrus ou l'extension de la garantie jeunes. Il met également en place le référendum en entreprise, fait évoluer les règles de la représentativité patronale, du licenciement économique ou de la médecine du travail. Il réécrit intégralement la partie du code du travail relative au temps de travail, donnant plus de place à l'accord d'entreprise.

Manifestations. Mais l'opposition contre ce texte reste vive: sept syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires, Unef, UNL et Fidl) et organisations de jeunes manifestent à nouveau ce jeudi pour en réclamer le retrait, avant une grande mobilisation le 31 mars. D'autres manifestations sont prévues dans les villes étudiantes. À Paris, des lycéens s'étaient rassemblés place d'Italie dans la matinée, avant une manifestation prévue à la mi-journée de Montparnasse jusqu'aux Invalides contre "la casse du code du travail".