La justice s'intéresse aux finances du couple Balkany

  • A
  • A
La justice s'intéresse aux finances du couple Balkany
@ MAXPPP
Partagez sur :

La PJ soupçonne le maire de Levallois-Perret d'avoir utilisé des policiers municipaux pour son compte personnel.

L'INFO. Le député-maire UMP de Levallois-Perret Patrick Balkany, un très proche de Nicolas Sarkozy, est de nouveau dans le collimateur de la justice, 17 ans après avoir été condamné pour "prise illégale d'intérêts". Cette fois, c'est le train de vie fastueux du couple Balkany qui intrigue. La police judiciaire enquête sur l'emploi du temps d'un policier municipal soupçonné d'avoir servi de chauffeur au député-maire de Levallois, lors de vacances sur l'île de Saint-Martin, aux Antilles, révèle Le Point. Les enquêteurs cherchent à savoir si son séjour a été payé par le député-maire sur ses deniers ou avec l'argent de ses administrés. Ils auraient aussi découvert que l'élu a payé ses billets d'avion en liquide.

Un voyage avec un employé municipal. La police a récupéré il y a quelques jours à la mairie de Levallois le planning et les contrats de travail des policiers municipaux, dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre sur le fonctionnement de la police municipale. Cette information a été ouverte à la suite de dénonciations d'un syndicat de policiers municipaux, qui accuse notamment le maire d'utiliser des agents à des fins personnelles et pointe du doigt des problèmes de qualification et de harcèlement.     

La réponse de Balkany. Dans un communiqué publié sur son compte Twitter, Patrick Balkany nie ces accusations. "Un policier municipal est, en toute légalité et conformité administrative, détaché au cabinet du maire pour assurer les fonctions de chauffeur de sécurité. Lors de ses vacances, je l'ai invité une fois, bien entendu sur mes deniers personnels, dans une maison louée à Saint-Martin", justifie l'édile de Levallois.

 

Un compte en Suisse ? Le couple Balkany a ouvert un compte en Suisse en 1994, révèle aussi Le Point qui s'est procuré les documents d'ouverture de ce compte à la banque ABN Amro. D'après le site de l'hebdomadaire, 1,6 million de francs suisses (soit 6,5 millions de francs français - un million d'euros) était déposé sur ce compte en 1998. Le Point ne précise néanmoins pas si ce compte a été déclaré au fisc français ni s'il est toujours actif.

La réponse de Balkany. Le député-maire de Levallois ne répond pas directement à la question du compte en Suisse. "J'ai vendu à un investisseur suisse, en toute légalité, mes actions de l'entreprise familiale de prêt-à-porter à la fin des années 1980", écrit-il. "Le produit de la vente de ces actions a été intégralement transféré à l'époque au CCF de Levallois".