La justice déboute trois adhérents PS qui demandaient l'organisation d'une primaire

  • A
  • A
La justice déboute trois adhérents PS qui demandaient l'organisation d'une primaire
@ PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :

Le Conseil national du PS doit se réunir samedi, avec notamment à son ordre du jour la question de la primaire.

Trois adhérents du Parti socialiste ont été déboutés mercredi de leurs demandes visant à obtenir du PS l'organisation d'une primaire.

Une question de statuts... Les statuts du PS stipulent que son candidat à la présidentielle doit être désigné à l'issue d'une primaire ouverte dont le calendrier et les modalités auraient dû être définis au moins un an avant la présidentielle. Le TGI de Paris, saisi par trois adhérents qui reprochent au PS de ne pas respecter ses propres statuts, souligne que la rédaction des articles des statuts du parti à cet égard "apparaît contradictoire, ou à tout le moins ambiguë". Et "au regard de ces équivoques, aucune obligation de résultat ne saurait dès lors être attachée à ces dispositions statutaires".

... et d'oppositions internes. "Nous déciderons donc librement le 18 juin", jour d'un Conseil national du PS consacré notamment à cette question, a immédiatement réagi sur Twitter le premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis. Pour le tribunal, "en l'absence de cette contrainte statutaire, le choix de prolonger les négociations avec les autres formations politiques, qui doivent également répondre à leurs propres impératifs de calendrier, appartient aux instances de direction du Parti socialiste, dont les exigences de la vie démocratique excluent qu'elles se voient imposer leur conduite par les tribunaux".

Les frondeurs veulent une primaire. Un peu plus tôt dans la journée, Jean-Christophe Cambadélis n'a pas exclu de convoquer un congrès extraordinaire pour modifier les statuts du PS et dispenser François Hollande de participer à une primaire, même si la solution qu'il privilégie est une primaire de toute la gauche. Le chef de file des frondeurs Christian Paul et celle de la motion B (La Fabrique) Karine Berger, réclament un engagement clair du PS dans un processus "irréversible", avec la fixation dès à présent du calendrier de la primaire et des modalités pour être candidats.