La guerre est déclarée entre Cécile Duflot et Emmanuelle Cosse

  • A
  • A
Partagez sur :

LEADERSHIP - L'ancienne patronne d'Europe Ecologie-Les Verts critique de plus en plus ouvertement l'actuelle "boss", Emmanuelle Cosse. 

Samedi, les écologistes se réunissent à l'Assemblée nationale pour décider de revenir ou pas au gouvernement. La secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse, sera bien évidemment présente. En revanche, l'ancienne patronne du parti, Cécile Duflot, manquera à l'appel. Une absence qui en dit long sur la discorde entre les deux femmes.

Les militants désavouent leur patronne. En début de semaine, les amis de Cécile Duflot ont lancé discrètement une consultation interne pour connaître l'avis des cadres du parti sur la question de leur retour au gouvernement. Résultat : 80 voix contre sur 120 votants… La patronne des Verts, Emmanuelle Cosse, serait donc mise en minorité dans son parti si elle décidait de devenir ministre.

Les résultats, informels, ont été communiqués à l’Elysée. Cécile Duflot a ainsi voulu faire une démonstration simple au président : s'il débauche la patronne des Verts, il n’emmènera pas pour autant tout le parti au gouvernement.

Les deux femmes ne se lâchent plus. Le point de rupture entre les deux femmes est bel et bien la stratégie à adopter avec le gouvernement. Emmanuelle Cosse a récemment pris son indépendance vis-à-vis de son amie Cécile Duflot. Quand l’une est reçue par Jean-Christophe Cambadélis au Parti socialiste comme secrétaire nationale d’Europe Ecologie les Verts, l’autre a droit, elle aussi, à son entrevue quelques jours après. Idem avec François Hollande qui a reçu les deux femmes récemment.

François Hollande en arbitre. Ces dernières semaines, Cécile Duflot regarde sur son aile gauche, du côté de Jean-Luc Mélenchon. Dans le même temps, Emmanuelle Cosse s'affiche avec les pro-Hollande. Et s'il est pour le moment spectateur de cette guerre, c'est bien le chef de l'Etat qui a les cartes en mains de ce duel. Parmi ses proches, certains le poussent à remanier rapidement mais lui préférerait prendre plus de temps pour recomposer sérieusement son camp. Le scénario idéal serait de pouvoir récupérer les deux femmes avant les régionales. Pas vraiment une mince affaire.  

>> LIRE AUSSI - Chez les Verts, le divorce se prépare

>> LIRE AUSSI - Vers une formation écologiste à la sauce Hollande ?

>> LIRE AUSSI - Régionales : Cosse (EELV) rêve de l'Ile-de-France