La fondation Sarkozy se dessine

  • A
  • A
La fondation Sarkozy se dessine
L'ex-chef de l'Etat s'est entretenu, selon Europe 1, avec de nombreux chefs d'Etats et de gouvernements.@ REUTERS
Partagez sur :

INFO E1 - L'ex-président va s'occuper des "affaires internationales", selon l'essayiste Guy Sorman.

L'ancien président ne compte pas rester inactif. Nicolas Sarkozy va lancer une fondation "dans les semaines qui viennent" sur le modèle des ex-chefs d'Etat américains, "Clinton" et "Carter" a annoncé vendredi sur Europe 1, l'un de ses proches, l'essayiste, Guy Sorman. Son intitulé précis n'est pas encore connu. Dans l'entourage de l'ancien président, on dément les propos de Guy Sorman et on assure qu'aucune "annonce ne sera faite en octobre".

Toutefois, ce proche de l'ex-chef de l'Etat a fourni de nombreux détails sur le projet. "Sa décision est prise. Il va lancer, dans les semaines qui viennent, une initiative d'un genre tout à fait nouveau en France qui, à mon avis, manquait à notre pays. C'est une grande fondation sur le modèle de ce qui existe aux Etats-Unis, que dirige Bill Clinton ou l'ancien président Carter", a précisé sur Europe 1 Guy Sorman. 

Il a eu Obama et Merkel au téléphone

07.09 Barack Obama Discours convnetion 930x6206

© Reuters

Selon les informations d'Europe 1, si la réflexion est bien engagée sur la création d'une fondation, ce ne sera pas pour tout de suite. La première conférence de Nicolas Sarkozy devrait se tenir à New York en octobre et celle-ci pourrait constituer un test grandeur nature pour la suite des événements. Depuis son départ de l'Elysée, Nicolas Sarkozy consacre beaucoup de temps à l'étude des questions internationales.

>>> A lire : INFO E1 Sarkozy bientôt conférencier à New York

L'ex-chef de l'Etat s'est entretenu, selon Europe 1, avec de nombreux chefs d'Etats et de gouvernements : Herman Von Rompuy, le président du Conseil européen, José Maria Aznar, l'ex-chef de gouvernement espagnol et Tzipi Livni, ancienne vice Premier ministre israélienne. Il a également eu au téléphone Barack Obama, le président américain et la chancelière allemande, Angela Merkel.

"Faire progresser la démocratie"

Pour Guy Sorman, il s'agit d'une "fondation de droit privé", "avec un financement autonome" que Nicolas Sarkozy dirigera. "Son rôle sera d'intervenir dans les grandes affaires internationales pour faire progresser la démocratie, pour faire progresser les droits de l'homme. Ce sont des questions qui lui tiennent à cœur. Pour intervenir dans des conflits insolubles, tels que la Syrie", ajoute-t-il.

Pour cette fondation, il faut "un homme d'action à sa tête", avec "une capacité à lever des fonds", précise ce proche de l'ancien président.

"Il a consulté Carter, Clinton" :

La règle si "l'on suit le modèle américain", est que les conférences, payées "très chères", constituent une des formes de financement de cette fondation.  

"C'est Sarkozy reloaded"

Nicolas Sarkozy contre-attaque dans l'affaire Bettencourt

© Reuters

L'ancien président ne serait pas seul dans ce projet. "Il a une équipe autour de lui. En particulier, une jeune femme remarquable qui est Consuelo Remmert (la demi-sœur de Carla Bruni-Sarkozy, ndlr). Il a une équipe qui maîtrise bien les questions internationales, qui est bien respectée dans le monde", ajoute l'essayiste.

Cette nouvelle fonction "n'est pas le retour de Sarkozy. C'est Sarkozy reloaded", martèle Guy Sorman avant d'ajouter : "c'est le nouveau Sarkozy, pour un nouveau métier".

Dati : "des consultations"

Également invitée d'Europe 1 soir, Rachida Dati a reconnu que des "consultations" sur ce projet ont bien eu lieu.

"Je sais que des chefs d'Etat l'ont poussé et l'ont invité à le faire. Les consultations et les gens qui lui rendent visite ou qui discutent avec lui, l'ont beaucoup incité à revoir son action dans le cadre d'une fondation", a affirmé l'ex-garde des Sceaux.