La "fatigue nerveuse extrême" de Valérie Trierweiler

  • A
  • A
La "fatigue nerveuse extrême" de Valérie Trierweiler
@ REUTERS
Partagez sur :

La Première dame devrait rester hospitalisée quelques jours encore. Et François Hollande ne serait pas allé la voir.

Voilà désormais presque une semaine que Valérie Trierweiler est hospitalisée. La Première dame a été admise dans un hôpital parisien pour une cure de repos au lendemain de la divulgation par le magazine Closer d’une liaison présumée entre François Hollande et l’actrice Julie Gayet. Et selon les informations d’Europe 1, elle devrait encore y rester quelques jours. Une forme de réponse à ceux qui la soupçonnaient de s’être fait hospitaliser pour faire pression sur son compagnon.

Des hauts et des bas. Selon le témoignage de ceux qui lui ont parlé, Valérie Trierweiler est dans un état de "fatigue nerveuse extrême", fait "de hauts et de bas". Ses plus proches amis, pour l’essentiel des journalistes, sont présents pour la soutenir. Devant eux, elle s’interroge parfois sur ceux qui avaient intérêt à ce que cette affaire éclate, sur ces ennemis de l’ombre qui voyaient d’un mauvais œil sa présence à l’Elysée. A certains, elle se dit déterminée. Devant d’autres, elle apparaît plus abattue, plus résignée.

Hollande absent ? Valérie Trierweiler est d’autant plus touchée qu’elle aurait été affectée par la discrétion assumée du Président à son propos lors de la conférence de presse de mardi. En outre, selon un de ses proches, François Hollande ne lui a toujours pas rendu visite. A l’Elysée, on se refuse à confirmer ou à infirmer cette information. Mais selon Voici, François Hollande aurait envoyé Ségolène Royal jouer les intermédiaires, ce que cette dernière a démenti auprès d'Europe 1, tout comme le cabinet de Valérie Trierweiler et Ségolène Royal sur Twitter. 



Silence radio à l’Elysée. Il faut dire qu’au palais présidentiel, le sujet est devenu tabou. Les collaborateurs du chef de l'Etat n’évoquent plus la question ouvertement. "Ici, personne n’en parle mais tout le monde y pense", confie tout de même un proche à Europe 1. Et de conclure : "il faut que le Président se décide très vite".

sur le même sujet, sujet,

CALENDRIER - Hollande veut aller vite

ILS L'ONT SCRUTELAPHRASE - Hollande reconnaît des" moments douloureux"" > - Hollande a été "sincère" sur le Closergate

POINTDE DEPART - La Une choc de Closer" >LA PHRASE - Hollande reconnaît des" moments douloureux"

POINT DE DEPART - La Une choc de Closer