La campagne "soufflée" par Xynthia

  • A
  • A
La campagne "soufflée" par Xynthia
@ MAX PPP
Partagez sur :

L’UMP a indiqué que sa campagne pour les régionales était suspendue localement.

A deux semaines du premier tour des élections régionales, plusieurs régions, à commencer par Poitou-Charentes et Pays-de-la-Loire, ont été durement frappées par la tempête Xynthia dimanche. Une catastrophe naturelle qui a poussé plusieurs candidats à plaider pour une trêve politique.

Le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, a confirmé une suspension de la campagne de son parti dans les régions les plus touchées par Xynthia. "C'est la solidarité, le recueillement et les secours qui sont prioritaires", a-t-il expliqué. Cette pause durera "le temps nécessaire", a-t-il ajouté. Mais alors que la courte campagne officielle débute précisément lundi, chaque jour compte désormais.

Un appel "très sympathique"

Autre signe de ce climat de concorde : Dominique Bussereau, tête de liste UMP en Poitou-Charentes, a fait savoir qu’il avait reçu un appel "très sympathique" de Ségolène Royal, son adversaire socialiste. "Ce n'est pas le moment de courir les meetings", a-t-il insisté.

Face à lui, Ségolène Royal s’est montrée beaucoup plus prudente. Lundi, sur Europe 1, la présidente sortante de Poitou-Charentes a appelé à une campagne "plus pudique". Mais "en même temps", les élections sont "un événement démocratique très important dont les citoyens ne doivent pas être privés", a-t-elle immédiatement ajouté.

Et si cette trêve n’était en fait qu’un argument de campagne supplémentaire ? Invité d’Europe 1 lundi, Philippe de Villiers, le président du Conseil général de Vendée, a fait remarquer que Christophe Béchu, le candidat qu’il soutient en Pays-de-la-Loire, avait décidé de suspendre sa campagne dès dimanche. "Dès qu’il su le drame que nous vivions, il est venu sur place discrètement", a-t-il insisté. Contrairement à d’autres ?