La campagne bulldozer de Cécile Duflot pour remporter la primaire écolo

  • A
  • A
Partagez sur :

Pas forcément favorite du noyau dur des écologistes, l'ancienne ministre du Logement a mené une campagne très active, notamment sur les réseaux sociaux.

Les résultats du premier tour de la primaire EELV sont attendus mercredi soir et, déjà, les proches de l'une des quatre candidat(e)s se montrent très confiants. Selon l'entourage de Cécile Duflot en effet, la députée de Paris pourrait "gagner dès le premier tour".

Pas favorite. Pourtant, Cécile Duflot n'était pas la favorite du noyau dur des écologistes face à Karima Delli, Yannick Jadot et Michèle Rivasi. Son statut d'ancienne ministre du Logement de François Hollande, notamment, lui a attiré de nombreuses critiques en interne. En outre, elle avait tenté, au printemps dernier, de convaincre son parti de l'investir pour le représenter à la présidentielle sans passer par la case primaire. Mais la députée a travaillé sans relâche pour inverser la tendance, misant tout sur une campagne très active. Des meetings, mais aussi et surtout une utilisation des réseaux sociaux que n'ont pas faite ses concurrents. 

Tripler le nombre d'inscrits. C'est là que Cécile Duflot est parvenue à arracher de nouveaux votants. "Concrètement, il y a trois fois plus d'inscrits à cette primaire que d'adhérents à EELV", souligne l'ancienne ministre. De fait, plus de 17.000 personnes se sont inscrites pour pouvoir voter, quand le parti écologiste plafonne à 7.000 adhérents. Pour la députée de Paris, "cela veut dire qu'il y a des gens qui ont envie". Et tout l'enjeu a ensuite été de leur donner envie de voter pour elle. 

Caroline de Haas chef d'orchestre. Pour l'aider dans cette entreprise, Cécile Duflot a pu compter sur sa directrice de campagne, Caroline de Haas. "On a essayé de mobiliser jusqu'à la dernière minute pour proposer à des personnes qui n'auraient pas pensé à s'inscrire de le faire", explique celle qui s'est fait connaître notamment pour son militantisme féministe. Mobiliser, Caroline de Haas a prouvé qu'elle savait le faire : c'était elle qui avait lancé, en février dernier, la pétition contre la loi Travail qui avait dépassé le million de signatures

Des chaînes de SMS. Point de pétition cette fois, Caroline de Haas explique avoir utilisé la technique de "la chaîne de SMS" pour la campagne de Cécile Duflot. "Ces SMS ont été envoyés par une centaine de militants et de militantes à une centaine de contacts." Les deux femmes ont également envoyé plusieurs centaines de mails pendant toute la campagne, jusqu'à la clôture des inscriptions. En espérant pouvoir en récolter les fruits dès mercredi soir.