L’UMP veut laisser de côté Clearstream

  • A
  • A
L’UMP veut laisser de côté Clearstream
@ Reuters
Partagez sur :

Atmosphère très particulière samedi alors que se tient le conseil national du parti à Paris.

"On a l'habitude de ne pas confondre le politique et le judiciaire. Aujourd'hui, nous sommes réunis pour afficher notre unité et notre ouverture" : le porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre a donné le ton dès l’ouverture du conseil national de l’UMP samedi à Paris. Le mot d’ordre du parti de la majorité : laisser l’affaire Clearstream sur le pas de la porte à quelques semaines des régionales.

Malgré les remous que continue de provoquer le jugement et la perspective d’un nouveau procès, peu de ministres ont accepté de commenter ce dossier. "Franchement, le parti s’en fiche. Je n’ai eu aucun coup de fil, aucun SMS, rien sur mon Facebook, aucun Twitter me parlant de cette affaire", a assuré Dominique Bussereau, en charge des Transports.

Quant aux villepinistes, ils sont peu nombreux à avoir fait le déplacement pour ce conseil national. "Le conseil que je donne à tout le monde, c’est de passer à une autre phase. C’est aussi ma responsabilité de ne pas propager le feu. Evidement au moment des régionales, il faut une solidarité particulière", a simplement confié le député Hervé Mariton.

Parmi les plus virulents, reste Yves Jégo, qui est tête de liste UMP pour les régionales en Seine-et-Marne. "Les attaques vis-à-vis du chef de l’Etat sont parfaitement odieuses et ceux qui s’y prêtent n’ont peut-être pas l’esprit aussi tranquille que cela", a-t-il glissé. Avant d’ajouter : "On ne fait pas de la politique comme ça. On fait de la politique en allant voir des électeurs. Il y a des gens qui ont de la chance, ils sont devenus y compris Premier ministre sans avoir jamais vu un électeur de leur vie". Sans citer le nom de Dominique de Villepin.

En marge de cette réunion, l'ensemble des listes régionales de l'UMP et de ses alliés électoraux ont été entérinées, mais à une petite majorité (60%) des quelques centaines de conseillers nationaux présents.