L'UMP s'interroge sur ses "valeurs"

  • A
  • A
L'UMP s'interroge sur ses "valeurs"
@ REUTERS
Partagez sur :

Le groupe de travail voulu par Copé a entamé ses travaux. L'inventaire des années Sarkozy divise.

Au moment même où elle lance une réflexion sur ses fondamentaux, l'UMP peut-elle faire l'économie d'un bilan du quinquennat Sarkozy? Le groupe de travail sur "les valeurs" de l'UMP, voulu par le patron du parti, Jean-François Copé, a en effet entamé ses travaux mardi. Avec en toile de fond, une question qui divise la droite : celle de l'inventaire des années Sarkozy, réclamé par plusieurs ténors de l'UMP, Roselyne Bachelot en tête.

L'appel de l'ex-ministre proche de François Fillon (tous deux absents mardi), avait été relayé, en des termes différents par son ancienne collègue au gouvernement et ex-porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, Nathalie Kosciusko-Morizet. Le week-end dernier, la députée-maire de Longjumeau a accusé le stratège de l'ancien chef d'Etat, Patrick Buisson, d'avoir voulu "faire gagner Charles Maurras" plutôt que Nicolas Sarkozy.

Un souhait balayé d'un revers de main mardi par la plupart des intervenants.

Un inventaire ? "Suicidaire !"

L'ex-ministre et actuel député des Hauts-de-Seine, Patrick Ollier estime ainsi qu'"il serait suicidaire de se diviser sur quelque chose qui nous unissait hier !". Et ce dernier prévient : "si d'aventure certains montaient au créneau sur le droit d'inventaire, avec ma liberté de député je monterais au créneau pour défendre le bilan" de l'ancien président".

Tout aussi catégorique, le député-maire de Nice Christian Estrosi martèle que "le reniement est interdit !". Au "devoir d'inventaire", l'ancien ministre de l'Agriculture Bruno Le Maire préfère, lui, le "devoir d'opposition".

Des mots "piégeux"

Pendant un mois, la centaine de membres (parlementaires, ex-ministres, membres du bureau politique...) de ce groupe de travail vont se réunir à huis clos chaque jeudi matin pour élaborer une nouvelle "charte des valeurs de l'UMP", qui remplacera celle datant de 2002, à la création du parti. La nouvelle charte devrait être validée par le dernier bureau politique de l'UMP, fin juillet, avant la pause estivale, ou par le premier de la rentrée, début septembre.

Le secrétaire général de l'UMP a bien précisé mardi qu'il ne s'agirait "pas d'un programme électoral" mais d'un texte sur les valeurs". Pour cette grande première, plusieurs ténors du parti ont répondu à l'appel mardi, comme Gérard Longuet, Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Bruno Le Maire, Rachida Dati, Henri Guaino, Thierry Mariani et Nathalie Kosciusko-Morizet.

L'UMP en a-t-elle alors fini de se déchirer sur le "droit d'inventaire" ? La députée-maire de Longjumeau, elle, estime en tout cas  que "le mot 'inventaire' " était "piégeux". L'ex-ministre de l'Ecologie juge cependant que le terme "valeurs" l'est tout autant.