L’UMP s'égare dans la Manif pour tous

  • A
  • A
L’UMP s'égare dans la Manif pour tous
@ Max PPP
Partagez sur :

ZOOM - En interne, nombreux sont ceux qui regrettent la participation du parti au mouvement contre le mariage gay.

La loi a été débattue longuement, puis votée. Puis validée par le Conseil constitutionnel, et enfin promulguée. La première union entre personnes de même sexe sera même célébrée dès la semaine prochaine. Pourtant, les opposants au mariage pour tous ne rendent toujours pas les armes. Dimanche, ils défileront dans les rues. Une manif à laquelle ne participera peut-être pas Frigide Barjot, égérie du mouvement, par crainte des violences émanant de groupuscules d'extrême droite. Une manif, surtout, qui divise plus que jamais la droite.

François Baroin maxppp 930620

© MAXPPP

Deux écoles. Jean-François Copé veut faire du 26 mai, jour de la Fête des mères, un vaste élan de protestation contre la politique familiale du gouvernement. Mais nombre de cadres estiment que l’UMP, en tant que parti de gouvernement, n’a pas à s’associer à un mouvement de contestation d’une loi votée par la représentation nationale. François Baroin (photo) est de ceux-là : "il n'est pas question pour moi de défiler derrière des banderoles qui appellent soit à la désobéissance civile, soit à une récupération politique qui ne peut profiter qu'à l'extrême droite", a affirmé l’ancien ministre de l’Economie dans Sud-Ouest. Bernard Accoyer, ancien président de l’Assemblée nationale,  s'inquiète quant à lui d'"une initiative dangereuse". François Fillon, Luc Chatel, Bruno Le Maire ou Nathalie Kosciusko-Morizet refusent eux aussi de se joindre au cortège.

Avec ou sans écharpe ? Un député embarrassé le confie à Europe 1 : il veut bien défiler mais "en tant que citoyen" et donc sans son écharpe tricolore. Pas question pour lui de "jouer à la révolution" et de devenir un élu qui conteste les institutions de la République. Cette histoire d’écharpe travaille aussi Hervé Mariton, le député UMP en pointe à l’Assemblée nationale pendant les débats. "Il y a une question qui peut se poser, c’est de savoir si je mets mon écharpe avec le rouge vers le col - c’est le député - , ou avec le bleu - c’est le maire. Certains se sont dit : ‘comme la loi est votée, c’est peut-être le maire qui défile et plus le député".

111207LPA2129

Pourquoi manifester ? La question trotte dans les têtes. Pierre Lellouche, député de Paris et abstentionniste au moment du vote, est plus que perplexe sur l’attitude de ses collègues jusqu’au-boutistes. "Pour être franc, je n’ai pas vraiment compris quelle était le but de la manifestation. Cette loi a été votée. Et moi je pense que le rôle d’un parti de gouvernement, ce n’est pas de manifester contre des lois votées", a-t-il déclaré au micro d’Europe 1.

Prévue de longue date, la manifestation a été prise de court par le gouvernement, qui a accéléré le processus d’adoption pour faire passer le texte avant. "C’est devenu un piège, mais il faut bien finir le boulot", avoue un élu. La manif de trop pour l’UMP qui sait bien, en plus, qu’elle ne pourra jamais revenir en arrière sur ce texte.