L’UMP s’attaque "au palais Queyranne"

  • A
  • A
L’UMP s’attaque "au palais Queyranne"
@ MAXPPP
Partagez sur :

La gauche reste favorite en Rhône-Alpes face à une droite qui a dirigé la région jusqu'en 2004.

En Rhône-Alpes, la droite est entrée en campagne en dénonçant le coût du prestigieux nouveau siège du conseil régional, surnommé "le Palais Queyranne".

L'UMP parle de "folie des grandeurs" pour ce bâtiment voulu par le président socialiste sortant Jean-Jack Queyranne, dont la construction s'achève actuellement à Lyon, au confluent du Rhône et de la Saône.

Les piques de Françoise Grossetête

Pour l’UMP, ce grand édifice aux allures de navire de béton se chiffrerait à 136 millions d'euros. "Franchement, ce n'était pas le moment. En période de crise, cette dépense apparaît très décalée", a assuré Françoise Grossetête, tête des listes UMP et eurodéputée. Elle fait remarquer que le budget consacré au nouveau siège aurait permis de financer dix nouveaux lycées.

Un débat repris pas le FN

La polémique intéresse aussi le FN. La tête de liste Bruno Gollnisch, va jusqu'à organiser ses conférences de presse devant le chantier du futur siège.

Queyranne reste favori

Jean-Jack Queyranne, lui repousse d’un revers de main les critiques. Il estime qu'avec la vente de l'ancien siège et les économies de location, le "palais" ne coûtera que 25 millions sur vingt ans à la région.

L’ancien porte-parole du gouvernement Jospin reste le favori de l’élection, même s'il est finalement peu connu du grand public. Dans un sondage récent, il n'était cité comme président de région que par 20% des Rhônalpins. Il devra composer avec la liste Europe Ecologie de Philippe Meirieu. Le parti reste sur la lancée des européennes, où ils avaient devancé le PS.

La future A45

A noter qu'Europe Ecologie reproche également au PS son intérêt pour une future autoroute Lyon/Saint-Etienne, trop polluante selon eux. Toutefois, si Jean-Jack Queyranne est pour la construction de la nouvelle A45, il s'oppose à son financement pour la région. Pour lui, l'Etat doit intervenir.

Bonus : l’épisode LOL de la campagne

Azouz Begag (MoDem) : l'ancien ministre délégué à la Promotion de l'égalité des chances du gouvernement Villepin s'est vu confier par François Bayrou le soin de mener ses listes en Rhône-Alpes. Il avait promis de lancer sa campagne sur un tabouret et il l’a fait le 22 février dernier. (Voir la vidéo).

REAGISSEZ - Que pensez-vous du projet d'autoroute Lyon/Saint-Etienne ?