L’UMP regrette déjà son lipdub

  • A
  • A
L’UMP regrette déjà son lipdub
Partagez sur :

Le clip de la campagne de l’UMP a été diversement apprécié au sein de la majorité. Florilège de réactions.

A peine sorti, le clip censé booster l'ardeur militante des jeunes UMP avec une joyeuse équipe de ministres dansant, chantant en play-back, ne suscite pas un grand enthousiasme au sein de la majorité. Il ne laisse en tout cas personne indifférent. Un clip "drôle" assure l’un des plus proches conseillers de Nicolas Sarkozy, "décoiffant et ludique" ajoute l’UMP, "grotesque et pathétique" répondent les députés du groupe UMP qui réagissent avec violence depuis la révélation mercredi soir de cette vidéo par le blogueur Guy Birenbaum.

"Dix ministres qui se trémoussent, comment ont-ils osé en pleine crise ?" s’interrogent ouvertement Arlette Grosstkost, député UMP du Haut Rhin et Yannick Favennec, son homologue de Mayenne. "Les soucis des jeunes aujourd’hui vont au-delà des" trémoussages" déplore Arlette Grosstkost. "Avec les difficultés que nos concitoyens rencontrent, je ne suis pas sûre que cela crédibilise notre discours" poursuit Yannick Favennec.

"C'est dégoulinant de bêtise, ça me fait de la peine que le show-biz le plus bête, le plus médiocre s'introduise dans la politique, c'est à vomir", a estimé, pour sa part l'ancien ministre de l'Education Luc Ferry au Talk Orange-Le Figaro, en découvrant jeudi soir quelques images de cette vidéo.

Un peu moins radical, l'ancien ministre de l'Outre-mer Yves Jégo n'a pas non plus apprécié. "Honnêtement je n'aime pas. Je trouve que c'est une erreur et que c'est complètement décalé avec ce qu'attendent nos concitoyens dans cette période de crise", a déclaré vendredi sur Canal + le conseiller politique de l'UMP.

Colère au sein du groupe UMP et malaise aussi au gouvernement. Certains se frottent les mains comme Hervé Novelli, bien content qu’on ne lui ait pas proposé d’être filmé. D’autres ont carrément refusé, Bruno Lemaire par exemple, Brice Hortefeux, Nathalie Kosciusko-Morizet ou encore Benoist Apparu, l’un des benjamins du gouvernement, lui-même ancien président des Jeunes RPR.

Il y a aussi ceux qui regrettent déjà leur participation. Xavier Darcos s’en mord les doigts : "Quand j’ai vu la vidéo, j’étais consterné" a indiqué le ministre du Travail et des Relations sociales. Aucun contrôle, aucun retour, tous les responsables UMP s’interrogent sur cet ovni au style décalé qui tombe comme un cheveu sur la soupe… à trois mois des régionales.