L'UMP prête à voler au secours de Chirac

  • A
  • A
L'UMP prête à voler au secours de Chirac
Partagez sur :

Selon le Canard Enchaîné, le parti présidentiel pourrait payer les emplois fictifs imputés à Chirac.

La scène se passe dans le restaurant parisien Tong Yen, le 15 juin dernier, selon le Canard Enchaîné. Dans son édition de mercredi, le journal relate un déjeuner entre Nicolas Sarkozy et Jacques Chirac. Au cours de cet entretien privé, le chef de l’Etat aurait alors promis à son prédécesseur que l'UMP payerait "les dépenses relatives aux emplois fictifs que réclame la Mairie de Paris".

Ce qu’impliquerait un remboursement

Ces emplois présumés fictifs sont au cœur du futur procès qui attend Jacques Chirac à l'automne. L’ancien président de la République doit être jugé, soit en novembre, soit en février prochain au tribunal correctionnel de Paris pour "détournement de fonds publics". En cause : 21 emplois de chargés de mission à la mairie de Paris entre 1992 et 1995.

Une facture de 3,5 millions d'euros

Un éventuel remboursement de l'UMP permettrait d'obtenir le retrait de la plainte de la Ville de Paris, le maire PS actuel, Bertrand Delanoë, ayant proposé cet arrangement publiquement en novembre 2009.

La facture des emplois fictifs présumés retenus par les magistrats est chiffrée à 3,5 millions d'euros dans l'ordonnance de renvoi. Du côté de la municipalité de Paris, on évalue le remboursement à cinq millions d'euros.

L'UMP sait être généreuse

Le Canard Enchaîné rappelle que l'UMP "avait déjà fait preuve d'une pareille prodigalité, en 2005, quand Alain Juppé avait été condamné pour six emplois fictifs. L'UMP avait alors signé un chèque de 889 000 euros à la Mairie de Paris".

Le déjeuner chez Tong Yen avait eu lieu quelques jours avant le lancement du nouveau parti de Dominique de Villepin, ancien premier ministre de Jacques Chirac, qui entend bien se présenter en 2012. Avec un tel geste de l'UMP, Jacques Chirac sera-t-il tenté de changer de favori pour la présidentielle ?