"L'UMP n'est peut-être plus sauvable", craint Lellouche

  • A
  • A
"L'UMP n'est peut-être plus sauvable", craint Lellouche
"Je suis très inquiet pour la survie même de l'UMP, je ne sais pas si le parti est sauvable à ce stade. Il est peut-être trop tard," estime Pierre Lellouche.@ MAXPPP
Partagez sur :

"Je suis très inquiet pour la survie même de l'UMP, je ne sais pas si le parti est sauvable à ce stade", a confié l'ancien ministre.

Le député UMP de Paris Pierre Lellouche juge "gravissime" l'affaire du prêt de 3 millions d'euros accordé au parti par le groupe parlementaire, dans un entretien au Parisien/Aujourd'hui en France lundi. S'interrogeant "sur la légalité d'une telle manoeuvre", l'ancien ministre estime que "cette affaire est gravissime". "Je suis très inquiet pour la survie même de l'UMP, je ne sais pas si le parti est sauvable à ce stade. Il est peut-être trop tard."

Il évoque une conversation récente avec le président du groupe des députés UMP Christian Jacob à propos de deux conventions de plus d'un demi-million d'euros chacune passées "de 2012 à 2014" avec Bygmalion, société de communication au coeur de soupçons de financement illicite de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.  "Aucun député n'a vu la moindre retombée de ces conventions !" affirme M. Lellouche, qui dit avoir déposé plainte le 26 mai pour usurpation d'identité et abus de confiance.

Concernant Nicolas Sarkozy, le député estime que "quand on dirige une campagne, on est responsable. Il faut qu'il dise sa vérité" car "plus vite on aura établi les responsabilités de la crise, plus vite on donnera une chance à l'UMP de renaître et de reconquérir la confiance des Français".

sujet

L'INFO - L'UMP a profité d'un discret prêt de 3 millions

BYGMALION - Lavrilleux pourrait être exclu de l'UMP dès mardi

SUR LE LAB - Le SMS de Lavrilleux qui explique les excès de dépenses

ACTU - Affaire Bygmalion : Jérôme Lavrilleux sort libre de sa garde à vue

SA DEFENSE - Bygmalion : Guillaume Lambert, l'homme qui n'a rien vu à l'UMP

INTERVIEW E1 - Affaire Bygmalion : "11 millions, c'est une fourchette", dit Me Maisonneuve