L’UMP minimise sa défaite

  • A
  • A
L’UMP minimise sa défaite
@ Maxppp
Partagez sur :

RESULTATS - L’UMP, créditée de 35,87% des voix, ne reprend que le Val d'Oise à la gauche.

L’UMP, systématiquement battue dans tous les scrutins locaux depuis 2007, essuie sans surprise une nouvelle défaite aux cantonales. Avec 20,16% des voix au niveau national, elle arrive loin derrière le PS, à 35,71%, et devant le FN (11,73%), selon les dernières estimations du ministère de l'Intérieur.

Seule victoire du parti présidentiel, le Val d’Oise, qui passe du PS à l’UMP. Un département, terre de Dominique Strauss-Kahn, sur lequel l’UMP lorgnait. D’après la préfecture, 21 des 39 sièges du conseil général lui échoiraient.

Cette victoire apparaît néanmoins bien modeste pour le parti présidentiel, qui espérait reconquérir jusqu'à trois ou quatre départements. Et le PS a ravi au moins trois départements à l’UMP : Mayotte, le Jura et les Pyrénées-Atlantiques. Le parti présidentiel pas non plus conquis le département stratégique de la Corrèze, fief de François Hollande.

Dati : "l'UMP a du boulot"

"L’UMP a subi un échec", a reconnu le député-maire de Nice Christian Estrosi, auprès de l’AFP. "Les résultats des cantonales ne sont pas bons", a renchéri le député UMP de Paris Claude Goasguen. Pour Rachida Dati, invitée sur Europe 1, "l’UMP a du boulot". "On a intérêt à écouter un peu plus les Français", a estimé l’ex-garde des Sceaux.

A treize mois de la présidentielle, l’UMP s’est tout de même appliquée à minimiser la victoire de la gauche et la percée du Front national. Pour Jean-François Copé, les gains de la gauche sont "très loins" de ses ambitions initiales. "La gauche progresse, mais le recul de la majorité est moins important qu’annoncé", a analysé François Fillon, dans un communiqué. Quant au FN, le Premier ministre met en avant son "faible nombre d’élus". Le parti de Marine Le Pen a en effet deux élus, à Carpentras (Vaucluse) et à Brignoles (Var).

Invité sur Europe 1, le patron des députés UMP Christian Jacob a insisté : "extrapoler les résultats des cantonales par rapport à une présidentielle n’a aucun sens".