L'UMP joue la carte de l'unité à Marseille

  • A
  • A
L'UMP joue la carte de l'unité à Marseille
Lors de l'université d'été de l'UMP en 2010.@ REUTERS
Partagez sur :

Le parti tient ce week-end son université d'été. Mot d'ordre : le rassemblement autour de Sarkozy.

L'UMP va donner vendredi le top départ de la mobilisation pour la réélection de Nicolas Sarkozy en 2012, en s'employant à jouer la carte de l'unité, lors de son campus d'été à Marseille. Europe1.fr plante le décor.

Le lieu. Pendant trois jours, de vendredi à dimanche, le parti majoritaire pose ses valises à Marseille. Près de 6.000 militants sont attendus dans la cité phocéenne qui a vu défiler ministres et candidats à la présidentielle au cours des dernières semaines, sur fond de débat sur l'insécurité.

Les têtes d'affiche. Jean-François Copé, Bruno Lemaire, François Baroin, Nadine Morano sont, entre autres, attendus pour la grand messe du rassemblement du parti majoritaire. La journée de dimanche sera consacrée aux discours politiques avec en point d'orgue celui de François Fillon.

Le message. L'objectif de cette université d'été, à neuf mois de la présidentielle, a été clairement affiché par le secrétaire général du parti, Jean-François Copé. Jouer la carte de l'unité du parti et donner le top départ au lancement de la présidentielle. "L'esprit de Marseille", c'est "une UMP en ordre de bataille qui va donner le coup d'envoi de sa campagne", a indiqué l'ancien patron des députés UMP. A l'inverse de La Rochelle, l'université d'été doit offrir "une image vraie" d'unité "sans bal des ego, sans arrière-pensées, sans valse des prétendants" a assuré Brice Hortefeux. François Fillon et Jean-François Copé ont été priés de laisser leurs différends et ambitions personnelles au placard.

Le message en filigrane. En mettant en avant sa propre unité du parti, l'UMP espère aussi en profiter pour mieux railler les déchirements en cours au PS, engagé dans la bataille de la primaire.

Le projet. Bruno Le Maire, délégué général de l’UMP en charge du projet 2012, présentera son rapport d'étape, samedi. Il devrait y être question de "courage" (pour réformer), de "rassemblement de la nation" et d'"ouverture au monde", selon l'actuel ministre de l'Agriculture.

Et Nicolas Sarkozy ? Le président ne sera pas présent au campus mais a donné ses directives en amont pour que ses troupes vantent les réformes du quinquennat et rappelle leur fidélité.