L’UMP cherche son champion à Lyon

  • A
  • A
L’UMP cherche son champion à Lyon
Nora Berra et Georges Fenech.@ MaxPPP
Partagez sur :

SONDAGE - Aucun favori ne se dégage à Lyon en vue des municipales de 2014.

Le contexte. Jean-François Copé a fait des élections municipales de 2014 un enjeu majeur pour l’UMP, lui qui espère "gagner de nombreuses villes". Et empocher ainsi, à titre personnel, une victoire précieuse dans l’optique de son duel avec François Fillon. Dans son viseur figurent certaines cibles prioritaires comme Toulouse, Strasbourg ou Dijon. Lyon n’en fait pas partie, et c’est peut-être mieux ainsi pour le principal parti d’opposition...

>> A LIRE AUSSI : les petites annonces de M. Copé

120511LPL3084

Pléthore de candidats. La capitale des Gaules aiguise les ambitions. Pas moins de cinq candidats sont déjà en lice pour se battre face au maire sortant, le socialiste Gérard Collomb, en poste depuis 2001 : Nora Berra, députée européenne et ancienne secrétaire d'Etat sarkozyste, Georges Fenech, député du Rhône, Michel Havard, président du groupe UMP au conseil municipal de Lyon (photo), Emmanuel Hamelin, conseiller municipal de Lyon et Myriam Pleynard, simple militante.

Une méthode controversée… Plutôt qu’une primaire - option choisie à Paris -, la fédération UMP du Rhône a décidé de laisser un sondage départager les ambitieux. "Nous repérerons si une de ces personnalités se détache. Si ce n'est pas le cas, nous organiserons au printemps une primaire ouverte", a expliqué Philippe Cochet, président de la fédération UMP du Rhône, dans Le Monde. "La méthode de désignation choisie par le parti est la pire", se désole déjà un parlementaire UMP.

>> A LIRE AUSSI : UMP à Paris, primaire ou guéguerre ?

… et qui ne porte pas ses fruits. Attendus mi-mars, les résultats de ce sondage tant attendu entre Rhône et Saône ont d’ores et déjà fuité dans la presse. Et ils ne sont bons pour personne à l’UMP. Lyon Capitale révèle en effet jeudi qu’aucun candidat ne se dégage de cette enquête. Le pire scénario possible. "Ce sondage n’éclaire pas grand-chose", confirme un cadre du parti à l’hebdomadaire local. En terme de notoriété, trois candidats se détachent : Nora Berra, Georges Fenech, Emmanuel Hamelin obtiennent de 49 à 52% de notoriété, selon Le Progrès. Quant aux bonnes et très bonnes opinions attachées aux candidats, là encore le score est serré. Nora Berra devance ses camarades avec 35% (et seulement 13% de mauvaises opinions), suivent Georges Fenech, 31%, Emmanuel Hamelin, 28% (tous deux à 16% de mauvaises opinions) et Michel Havard, 21% (8% de mauvaises opinions). bonnes et très bonnes opinions, Nora Berra devance ses camarades avec 35% (et seulement 13% de mauvaises opinions), suivent Georges Fenech, 31%, Emmanuel Hamelin, 28% (tous deux à 16% de mauvaises opinions) et Michel Havard, 21% (8% de mauvaises opinions). "On aimerait bien que les quatre dauphins se rangent derrière celui qui sort premier du sondage, mais pour cela, encore faut-il qu’il y ait un écart substantiel entre le 1er et le 2e", ajoute un autre. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, le score du second tour s'annonce catastrophique pour la droite, qui s’inclinerait de près de 24 points face au maire sortant.