Présidentielle 2017 : l'UMP a fixé les règles de sa primaire

  • A
  • A
Présidentielle 2017 : l'UMP a fixé les règles de sa primaire
@ DOMINIQUE FAGET / POOL / AFP
Partagez sur :

Le scrutin, qui doit sélectionner le candidat de la droite pour l'élection présidentielle, se déroulera les dimanches 20 et 27 novembre 2016.

L'INFO. On connait désormais les règles du jeu qui devra départager au sein de l'UMP François Fillon, Alain Juppé, Xavier Bertrand et Nicolas Sarkozy dans la course à la candidature pour la présidentielle de 2017. Le Monde révèle en effet jeudi la charte d'organisation de la primaire à droite. Un document qui devra toutefois être approuvé par les dirigeants de l'UMP lors d'un bureau politique, prévu le 14 avril, sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

Depuis le mois de janvier dernier, le député Thierry Solère, proche de Bruno Le Maire, pilotait un groupe de travail regroupant des représentants de plusieurs futurs candidats : Brice Hortefeux pour Nicolas Sarkozy, Edouard Philippe pour Alain Juppé ou encore Bernard Accoyer pour François Fillon. Après des semaines de réflexion, ils se sont mis d'accord sur un document de six chapitres contenant les modalités d'organisation de ce scrutin stratégique pour le principal parti d'opposition.

 C'est prévu pour quand ?

Le premier tour du scrutin aura lieu le dimanche 20 novembre 2016. Et si aucun candidat n'obtient la majorité absolue, un second tour aura lieu le dimanche suivant.

• Qui pourra se présenter ?

D'après la charte, chaque candidat devra être parrainé par au moins 25 parlementaires, au moins 250 élus répartis sur au moins 30 départements, et au moins 2.500 adhérents, à jour de cotisation, répartis sur au moins 15 départements. Des conditions restrictives qui s'expliquent par la volonté, à l'UMP, de ne pas laisser ouverte la possibilité d'une multitude de candidats.

Mais parce qu'il est nécessaire de permettre à d'éventuels candidats centristes de participer, la charte prévoit que le seuil de parrainages d'un candidat extérieur à l'UMP serait fixé par son parti. Si l'UDI, alliée à l'UMP lors des départementales, souhaite participer, c'est donc elle qui fixera ses propres règles du jeu.

• Qui pourra voter ?

L'objectif est simple : faire voter le plus de monde possible pour permettre au candidat vainqueur de s'appuyer sur une belle dynamique. Pour cela, le corps électoral est ouvert à l'ensemble des sympathisants de droite et du centre "inscrits sur les listes électorales ou ayant 18 ans à la date de l'élection présidentielle". Les votants devront seulement adhérer à la charte de la primaire, payer deux euros et signer un texte dans lequel ils assureront "partager les valeurs républicaines de la droite et du centre et [s']engager pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France".

• Et on pourra voter où ?

C'était l'une des craintes de François Fillon et Alain Juppé : que les électeurs ne puissent pas tous trouver un bureau de vote à proximité de chez eux. Il y en aura finalement 8.000, soit, au moins,  sept bureaux de vote sur chacune des 577 circonscriptions. Le scrutin se fera avec un bulletin papier et, pour éviter un psychodrame comme celui de l'automne 2012 entre Copé et Fillon, les procurations seront interdites.

• Quelqu'un va surveiller le scrutin ?

La Haute Autorité de l'UMP, actuellement présidée par la juriste Anne Levade, veillera au bon déroulement du processus électoral. C'est elle qui recevra et étudiera les candidatures, qui devront lui être adressées au plus tard le 9 septembre 2016.