L’inoxydable François Fillon

  • A
  • A
L’inoxydable François Fillon
Après trois ans et demi de mandat, François Fillon parvient à rester populaire. Un exploit.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le Premier ministre réussit un exploit rare dans la 5e République : rester populaire dans la durée.

C’est une anomalie dans l’histoire de la 5e République. Après trois ans et demi au pouvoir, François Fillon est plus populaire que Nicolas Sarkozy, plus apprécié aussi des députés de la majorité. Et il semble s’imposer au président de la République pour le prochain remaniement.

Plus de poids dans le choix des ministres

Cette situation n’est pas sans explication. "Depuis la présidentielle, c’est Nicolas Sarkozy qui apparaît comme celui qui assume toute la responsabilité du cours de choses", explique le politologue Stéphane Rozès. "Le second élément, c’est que François Fillon était maintenu à Matignon, ce serait à l’issue d’un putsch silencieux de la majorité. De sorte que Nicolas Sarkozy devra faire plus attention à sa majorité."

Un tête à tête Fillon-Sarkozy prévu

Ce "putsch silencieux" est le fruit de députés rassurés par la personnalité de François Fillon, comme Eric Ciotti, pour qui la continuité est plus importante que la nouveauté. "Le second souffle, c’est continuer sur le chemin de la réforme. Le socle sur lequel on peut s’appuyer pour cette nouvelle étape est solide", jure le député des Alpes-Maritimes. "Si le président de la République souhaite qu’il continue, je crois que cela sera une bonne chose pour le pays.

Ce rapport de force favorable a une conséquence : cette fois, François Fillon aura plus de poids au moment de choisir les ministres, confie un membre du gouvernement. Le Premier ministre a d’ailleurs rendez-vous avec Nicolas Sarkozy dans le courant du week-end.

Les sondages lui sont aussi favorables : François Fillon l'emporterait au second tour de la présidentielle de 2012 avec 51% des voix face à Martine Aubry (49%), alors que Nicolas Sarkozy serait battu avec le même écart par la première secrétaire du PS, selon un sondage Marianne-Harris Interactive à paraître samedi dans l'hebdomadaire.