L’exercice de contrition de Sarkozy

  • A
  • A
L’exercice de contrition de Sarkozy
Jean Sarkozy@ Reuters
Partagez sur :

A Cayenne, le président a confié qu’il regrettait certains épisodes de son quinquennat.

A l’approche de la présidentielle, Nicolas Sarkozy a opportunément laissé échapper quelques confidences sur son bilan, commençant un "exercice" de contrition qu’il pourrait bien poursuivre, dimanche soir, lors de son intervention télévisée.

Samedi dernier à Cayenne, lors d'un dîner informel dans la résidence du préfet de Guyane, en présence d’une vingtaine de journalistes (dont Europe 1), Nicolas Sarkozy a évoqué l’hypothèse de sa défaite à la présidentielle de 2012. "En cas d'échec, j'arrête la politique", avait-il insisté. Dans le flot de confidences, Nicolas Sarkozy a aussi abordé l’épisode de l’EPAD ou encore celui de ses vacances en Egypte avec Carla. Qu’est-ce que regrette le président et pourquoi ? Europe1.fr vous résume ici ses déclarations.

L’EPAD

Retour sur les faits : En 2009, l’élection de Jean Sarkozy comme administrateur de l’Epad et ses ambitions pour prendre la tête de cet établissement public qui gère le quartier d’affaires de la Défense avaient généré une polémique tant politique que médiatique. Le fils du président avait finalement fait marche arrière.

Ce qu’en a dit Sarkozy : "Je regrette pour l’EPAD. Jean a beaucoup souffert. Je n’ai pas vu venir le problème parce que c’est une fonction qui n’était pas payée, il n’y avait pas de bureau, pas de secrétaire, pas de chauffeur. C’était néanmoins une erreur", a-t-il assuré, avant de revenir sur le sujet et d’insister : "S’il y avait eu 2.000 euros de dédomagement pour cette fonction, je lui aurais dit de ne pas y aller" . Nicolas Sarkozy a ensuite démenti avoir demandé à Edouard Balladur d’intervenir pour régler le problème sur ce dossier.

LES VACANCES EN EGYPTE

Retour sur les faits : En décembre 2007, Nicolas Sarkozy partait en vacances, en Égypte, avec sa compagne, Carla Bruni, à bord d'un avion appartenant à l'homme d'affaires Vincent Bolloré, provoquant ainsi une nouvelle passe d'armes avec l'opposition. 

Ce qu’en a dit Sarkozy : "Pour moi, je partais simplement en Egypte entre le 25 et le 31 décembre, mais cela aussi était une erreur. Quand ils m'ont vu heureux, les Français se sont dit : 'Il nous abandonne. A Noël, cette année, je ne suis pas parti en vacances. Avec la crise, les Français n'auraient pas compris."

 

DATI - YADE

Retour sur les faits : En 2007, Nicolas Sarkozy fait de Rama Yade et Rachida Dati, deux symboles forts de la diversité en politique. Après une série de polémiques, elles quitteront, toutes deux, le gouvernement, fâchées.

Ce qu’en a dit Sarkozy : "Sans doute ai-je fait une erreur de leur donner trop. Je protégerai davantage Rachida et Rama si c'était à refaire. Avec Nathalie Kosciusko-Morizet [qui est alors à côté de lui au moment où il parle] j'ai mieux préparé cela. Elle était prête quand elle a eu des responsabilités importantes".