L’ex-"M. diversité" de Sarkozy vote Fillon

  • A
  • A
L’ex-"M. diversité" de Sarkozy vote Fillon
Patrick Karam estime que Jean-François Copé "stigmatise" et "ridiculise" l'UMP@ MAXPPP
Partagez sur :

Patrick Karam, très critique envers Jean-François Copé, a choisi l’ex-Premier ministre.

Patrick Karam n’est pas une personnalité politique de premier plan. Mais dans la guerre des chefs à l’UMP, le soutien de l’ex-délégué interministériel à l’égalité des chances des Français d’outre-mer, nommé "M. diversité" pendant la campagne présidentielle par Nicolas Sarkozy, peut peser lourd. Mardi, selon Le Monde, l’homme a tranché, ce sera François Fillon. Un choix motivé aussi par les récentes sorties très droitières de Jean,-François Copé, l’autre prétendant.

>> A lire aussi : Copé et le tabou du racisme anti-blanc

>> A lire aussi : Copé, les pains au chocolat et le ramadan

Le "racisme anti-blanc", autant que l’histoire du "pain au chocolat" restent difficiles à digérer pour Patrick Karam. "Mortifère pour la droite", éructe  l’ex-conseiller de Nicolas Sarkozy dans Le Monde. "Il stigmatise l'UMP", la "ridiculise", s’emporte-t-il encore. Quant à la vision de la France défendue par le député-maire de Meaux ? "C'est comme s'il ne s'était pas aperçu qu'elle s'était métissée. (…) On n'est plus au XIXe siècle."

"Si c’est Copé, je partirai"

A l’inverse, Patrick Karam ne tarit pas d’éloges à l’égard de François Fillon, "l'homme le plus crédible", "le plus populaire", et qui tient en outre "un discours républicain depuis longtemps". Et, prévient-il, "si c’est Copé, je partirai !".  L’UDI de Jean-Louis Borloo se prépare à lui réserver le meilleur des accueils.

Car si Patrick Karam est inconnu du grand public, c’est un homme de réseaux, soigneusement tissés pendant les quelques mois de la campagne présidentielle. Campagne pendant laquelle, révèle-t-il par ailleurs, il lui a été demandé de rester discret.

Une vente de "Copé au chocolat"

Abderrahmane Dahmane
Par ailleurs, un autre ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, lui aussi un temps chargé de la diversité, accable à son tour Jean-François Copé. Abderrahmane Dahmane a annoncé mardi que l’association qu’il préside, le conseil des démocrates musulmans de France, distribuerait vendredi des "Copé au chocolat". "Tout comme le vacherin, le baba, le Saint Honoré, le mont-blanc ou bien d'autres pâtisseries, le ‘Copé’ est une viennoiserie française. Il doit son nom à un élu français tristement célèbre pour ses dérapages anti-islam", précise un communiqué.



cope-chocolat-930

Abderrahmane Dahmane a été conseiller de Nicolas Sarkozy à la diversité de 2007 à mars 2011. A cette date, il est limogé à sa demande. "Parce qu’il y a eu deux Nicolas", expliquait-il à Jeune Afrique. "Nicolas 1er est l’homme politique français qui a le plus œuvré pour la visibilité des minorités. Nicolas II, celui de l’UMP de Jean-François Copé, a tout foulé au pied."