L’Elysée (aussi) sera au régime sec

  • A
  • A
L’Elysée (aussi) sera au régime sec
Le palais de l'Elysée lors de la cérémonie d'investiture de François Hollande.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le budget de l’Elysée va être réduit de 5% en 2013, révèle lundi Le Parisien.

Tout le monde est invité à mettre la main à la poche. Et l’Elysée ne fera pas exception. Présidence normale oblige, des coupes vont être effectuées dans le budget du palais présidentiel, révèle lundi Le Parisien. Objectif : ne pas dépenser plus de 105 millions d’euros par an en 2013, soit une réduction de 5% par rapport à 2012. Et François Hollande veut descendre sous la barre des 100 millions d'euros d'ici la fin de son quinquennat. Fini le faste, bonjour la rigueur.

Moins de personnel. C’est le plus gros poste de dépenses, avec 67,1 millions d’euros dépensés en 2012. Dès son arrivée au pouvoir, la nouvelle majorité socialiste s’est employée à dégrossir le mammouth élyséen : moins de conseillers ministériels (40 contre 46 sous la gouvernement Fillon), de chargés de mission (25 contre 28), et d’agents de sécurité (89 contre 63). La saignée devrait toutefois s’arrêter là.

Chercher LA bonne affaire. François Hollande va poursuivre l’effort entamé par Nicolas Sarkozy concernant les équipements de l’Elysée, notamment en ouvrant les marchés à la concurrence. Les frais de blanchisserie vont être revus à la baisse, et les cuistots du palais vont devoir faire aussi bon avec moins. Le quotidien croit même savoir que deux employés seront recrutés spécialement pour chercher des cadeaux moins coûteux à offrir aux invités de la République.

Moins d’avion, plus de visioconférence. C’était l’un des premiers coups de com’ du président nouvellement élu : adieu à ce si cher Sarko One, bonjour le train. Depuis, la présidence normale a vécu et François Hollande a très souvent privilégié la voie des airs. Il devra pourtant faire avec les efforts demandés sur ce poste budgétaire : une baisse de 6%, soit 18.2 millions d’euros. Il ne volera donc plus que sur de très longues distances.

101111LPA4169

Le parc automobile sera également réduit : 14 voitures ont été supprimées. Le chef de l’Etat a une autre idée en tête. "Il a bien raison d’insister sur le recours à la visionconférence : c’est moins cher que l’avion", se félicite le député apparenté socialiste René Dosière, le gendarme des comptes de l’Elysée, assurant tout de même que, si ce qui est annoncé est "sans commune mesure avec le passé récent (…), l’Elysée peut encore faire des économies."