L'avenir politique de Sarkozy compromis

  • A
  • A
L'avenir politique de Sarkozy compromis
@ MaxPPP
Partagez sur :

EDITO - Mis en examen, le président aura désormais beaucoup de mal à revenir en politique.

Le contexte. A droite comme à gauche, certains estiment que s’il choisissait de répondre favorablement aux sirènes du Qatar, Nicolas Sarkozy se fermerait alors les portes d’un éventuel retour en politique. Mais plus que la tentation de l’argent, c’est la justice qui va lui mettre des bâtons dans les roues.

>> A LIRE AUSSI : Sarkozy courtisé par le Qatar ?

Un calendrier chamboulé. Depuis sa défaite, le 6 mai 2012, Nicolas Sarkozy a tout misé sur le silence. Parce ce qui est rare est désirable. Malgré quelques entorses, comme ce vrai-faux entretien accordé à Valeurs actuelles, l’ancien président réussissait à tenir sa langue, et les sondages montraient tous que cette attitude était le bonne. C’en est fini de cette stratégie. "A partir d’aujourd’hui, il n’est plus maître de son calendrier, ni de son destin. Son temps politique sera indexé sur celui de la justice", estime Carline Roux, éditorialiste politique d’Europe 1.

S’il veut revenir en politique, Nicolas Sarkozy n’aura pas le choix : il va devoir s’exposer, combattre. Garder le silence, ce serait laisser le champ libre à droite à ceux qui vont se sentir autorisé à tourner la page. "Si certains pensent que c’est de nature à la décourager pour la suite, c’est mal le connaitre", a confié un de ses proches à Europe 1, vendredi matin.

La présomption d’innocence ne fait pas tout. Certes, comme Jérôme Cahuzac, Nicolas Sarkozy n’est en rien condamné. Mais le mal est fait. "L’échec politique est moins sévère que la lessiveuse des affaires", juge Caroline Roux, qui rappelle que l’affaire Cahuzac a démontré que la pression médiatique l’emporte toujours sur la présomption d’innocence. Et la règle est la même pour tous. Y compris pour un ancien président.

En coulisses, Nicolas Sarkozy se félicitait de ne jamais avoir été inquiété par la justice, contrairement à son prédécesseur et à certains de ses amis. Dans les coulisses toujours, son entourage confiait qu’une seule chose pouvait le freiner : les affaires. Il est en plein dedans.

>> A LIRE AUSSI : Affaire Bettencourt : que risque Sarkozy ?