L'affaire Bolufer va-t-elle faire "boule de neige" ?

  • A
  • A
Partagez sur :

Marie-Christine Blanchard-Amelin, la chef de cabinet de Fadela Amara qui habite dans une HLM, se dit prête à payer un surloyer, après le scandale créé par la révélation d'une situation similaire pour le directeur de cabinet de Christine Boutin. Fadela Amara, la secrétaire d'Etat à la politique de la ville, vivrait elle aussi dans un immeuble HLM mais au prix du marché, selon son entourage.

Si elle se dit prête à payer un surloyer, Marie-Christine Blanchard-Amelin n'entend pas quitter son appartement. "Cela fait 30 ans que je vis dans cette cité, j'y ai créé un tissu amical, je ne souhaite pas la quitter, c'est ma vie", a-t-elle déclaré. En se confiant ainsi, la chef de cabinet de Fadela Amara a tenu vendredi à prendre les devants, réagissant au scandale créé jeudi par les révélations sur la situation de Jean-Paul Bolufer. Le directeur de cabinet de Christine Boutin, la ministre du Logement, occupe lui un appartement parisien de 190 m² pour 1.200 euros par mois, soit un prix quatre fois inférieur aux tarifs du marché. Il a préféré démissionner.

La chef de cabinet de la secrétaire d'Etat à la politique de la Ville Fadela Amara vit elle dans une HLM d'une zone urbaine sensible de Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine. "Je n'ai pas d'état d'âme par rapport à ça. Moi je pense qu'il faut que toutes les couches de la population soient mélangées, de façon à ce qu'on évite les ghettos et qu'on sorte de cette situation qui devient impossible, dans les banlieues par exemple", a-t-elle expliqué. Pour sa retraite, elle aurait acheté une maison dans le Puy-de-Dôme. Mais contrairement à Jean-Paul Bolufer, poussé au départ par la polémique, Marie-Christine Blanchard-Amelin n'entend pas démissionner.

Autre cas, celui de Fadela Amara elle-même. La secrétaire d'Etat à la politique de la ville "habite dans un immeuble HLM" dans le 13e arrondissement mais elle paye un loyer au prix du marché, selon son entourage. "Elle ne connaissait pas son barème. Donc quand elle est arrivée ici, elle a envoyé des documents demandant de lui faire payer un surloyer et on lui a répondu qu'elle était déjà en loyer libre", précisent les proches de Fadela Amara.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a déclaré qu'il allait demander à la chambre régionale des comptes de contribuer à la vérification des logements attribués par la Régie immobilière de la ville de Paris.

Jean-Pierre Chevènement est également visé. Rebondissant sur la démission de Jean-Paul Bolufer, Christophe Grudler, candidat divers droite soutenu par le Modem pour les élections municipales à Belfort, a dénoncé vendredi l'occupation depuis 1988 d'un logement HLM de la ville par l'ex-maire et l'a invité à le quitter pour "montrer l'exemple".