Kouchner : "Nous ne nous quittons pas"
Eric Woerth est parti sous les louanges de ses camarades, NKM et Borloo ont affiché une complicité inédite, Juppé est déjà passé à l'offensive. © REUTERS

Europe 1 vous résume les passations de pouvoir, l'occasion pour les partants de tirer un bilan.

Émouvante, tendue, expéditive ou encore solennelle. La traditionnelle cérémonie de passation de pouvoirs est souvent révélatrice des relations entre les uns et les autres. La rédaction d’Europe 1 vous résume les cérémonies de passation.

Mardi, acte II

(17h) MAM-Kouchner : changement de ton

Le passage de relais entre Bernard Kouchner et Michelle Alliot-Marie a mis en évidence un changement de ton. Le premier a tenu un discours décontracté, rappelant que "ce fut trois ans et demi difficiles, passionnants, dont je suis très très fier". "Nous avons tenté d'adresser un message un peu différent à un mode très différent", a poursuivi Bernard Kouchner, avant d'ajouter : "Nous ne nous quittons pas et vous tenons à l'œil".

MAM a été bien plus solennelle, exprimant le "véritable bonheur de servir la France", qui "n'est pas un pays comme les autres". Le nouveau ministre a ensuite adresser un message à tous les "soldats" du ministère, laissant augurer un mandat bien plus martial.

(13h) Mercier-MAM : "Etre le plus ouvert possible"

Un peu plus tôt, MAM quittait le ministère de la Justice en se vantant d'un bon bilan : elle a notamment souligné l'"amélioration des moyens" alloués à la Justice dans le budget 2011, après "plus d'un siècle où on n'a pas apporté à ce ministère des moyens qui soient en phase avec les missions qu'on lui confie".

Michel Mercier a, lui, mis en avant sa volonté de réconciliation avec les magistrats, qui ont exprimé leur mécontentement le matin même dans un Livre blanc très critique. "Les réformes suscitent des interrogations, c'est tout à fait normal", a-t-il estimé, avant d'ajouter : "Ma porte sera toujours ouverte" pour "écouter toutes les sensibilités".

Lundi, acte I

(Heure inconnue) Novelli-Lefebvre : Par téléphone

La passation de pouvoir au secrétariat d'Etat au tourisme et au commerce s'est faite lundi après-midi "par téléphone", a annoncé Frédéric Lefebvre. Ce dernier remplace Hervé Novelli, qui "ne pouvait se rendre à Paris aujourd'hui", a assuré l'ancien porte-parole de l'UMP. Frédéric Lefebvre lui a rendu publiquement hommage lundi soir devant un parterre de plusieurs centaines de professionnels de l'hôtellerie réunis à l'occasion d'une cérémonie annuelle de remise de prix.

(18h) Le Maire-Mercier : Les "centristes ont toute leur place"

Toujours ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire a néanmoins récupéré les volets Aménagement du territoire et de l'Espace rural, dont s'occupait le centriste Michel Mercier, promu au ministère de la Justice.

"Très heureux de remettre de la cohérence dans le ministère de l'Agriculture", Bruno Le Maire a estimé que les "centristes ont toute leur place dans le gouvernement". Le ministre veut ainsi contrebalancer les analyses selon lesquelles le remaniement s'est fait au détriment des centristes.

(15h45) Juppé-Morin : "Je ne veux pas voir la gauche revenir"

Hervé Morin a transmis à Alain Juppé les rênes du ministère de la Défense. Comme Jean-Louis Borloo, Hervé Morin n'a pas fait la moindre déclaration. Le centriste est parti sous les applaudissements, à pied.

Le maire de Bordeaux n'a, en revanche, pas attendu longtemps pour passer à l'offensive. "Je ne veux pas voir la gauche revenir au pouvoir en 2012 (...), si je peux aider en étant au pouvoir, je le fais de tout cœur et avec beaucoup d'enthousiasme", a balancé Alain Juppé.

(15h40) Bertrand-Woerth : "Un grand ministre du Travail"

Eric Woerth a également transmis à Xavier Bertrand le volet "emploi" de son ministère, qu'il pilotait avec Laurent Wauquiez, parti aux Affaires européennes. Nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Xavier Bertrand a aussi rendu hommage à Eric Woerth, saluant le départ d'"un grand ministre du Travail".

"Dans tous les esprits, il y a la question de l'emploi des jeunes, de l'emploi des seniors et de l'emploi des personnes handicapées. Sur tous ces sujets, nous devons faire mieux encore", a ajouté Xavier Bertrand.

(15h15) NKM-Borloo : Chabadabada...

Au ministère de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo a passé les clefs de la rue de Grenelle à son ancienne secrétaire d’Etat, Nathalie Kosciusko-Morizet (NKM), dans une ambiance détendue. Du moins en apparence. Après avoir été applaudi par ses conseillers, le perdant de Matignon a posé la main sur l’épaule de NKM, lui parlant au creux de l’oreille. L’image d’un duo soudé alors qu’ils ont la réputation de se détester cordialement.

"J’ai l’impression de rentrer à la maison, une maison que nous avons habité ensemble avec Jean-Louis Borloo, avec Dominique Bussereau, dans laquelle nous avons fait grandir le Grenelle de l’environnement (…) et je continuerai naturellement a le mettre en œuvre et à le porter plus loin", a réagi NKM. Jean-Louis Borloo est, lui, resté silencieux, avant de se montrer bien plus offensif dans la presse.

(12h45) Bachelot-Woerth : "Chapeau l'artiste"

Après avoir confié les clefs de la maison de Ségur à Xavier Bertrand, Roselyne Bachelot a rendu un vibrant hommage à Eric Woerth, lors de la passation de pouvoir, rue de Grenelle. "Peu d'hommes politiques ont fait l'objet d'attaques aussi odieuses que toi", a lancé la nouvelle ministre aux Solidarités et à la Cohésion sociale. La ministre a souligné la tâche immense accomplie par son prédécesseur. Un tâche "tellement immense qu'il faut deux ministres pour te remplacer", a t-elle ironisé.

De son côté, en quittant son ministère, Eric Woerth, trémolos dans la voix, a lancé : "j’ai pris beaucoup de plaisir à travailler dans ce ministère, je le quitte évidemment avec émotion, je suis heureux que Roselyne puisse reprendre une partie de mes dossiers. Roselyne, je te souhaite beaucoup de chance et surtout beaucoup de succès".

"Mes dossiers sont entre de très bonnes mains" :