Karachi : Hortefeux a eu une "intuition"

  • A
  • A
Karachi : Hortefeux a eu une "intuition"
@ FRANCE 2
Partagez sur :

"Je ne suis concerné ni de près, ni de loin par l’affaire dite de Karachi", a martelé l'ex-ministre.

Le 14 septembre dernier, Brice Hortefeux n' a pas nié avoir appelé son ami Thierry Gaubert, mis en examen depuis dans le volet financier de l’affaire Karachi, pour l’avertir que sa femme s’épanchait auprès des enquêteurs. Mais s’il l’a fait, ce n’est pas parce qu’il avait eu accès à l’enquête en cours. L’ancien ministre de l’Intérieur, invité du 20 heures de France 2 vendredi soir, a expliqué qu’il avait eu une "intuition".

Brice Hortefeux a ainsi raconté : "un site Internet évoque un témoin qui accable Thierry Gaubert. Et moi je connais très bien la famille depuis plusieurs décennies, je sais qu'ils étaient en train de divorcer et j’ai eu une première intuition qui s’est transformée en quasi-certitude quand j’ai appris qu’Hélène Gaubert avait pris le même cabinet d’avocat que Mme Takkiedine [Ziad Takieddine, intermédiaire lors de vente d’armes, lui-même mis en examen dans le dossier Karachi, NDLR]". "Il n'y avait pas besoin d'avoir fait Polytechnique, Saint-Cyr ou l'ENA pour comprendre de qui il s'agissait", a-t-il affirmé. 

"Je ne suis concerné ni de près, ni de loin par l’affaire dite de Karachi", a encore martelé Brice Hortefeux.

Un "simple témoin" dans cette affaire

Entendu vendredi matin dans l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris pour violation de secret professionnel et recel, l’ex-ministre de l’Intérieur a répété qu’il l’avait été "comme témoin, et je précise bien comme simple témoin". "Cette audition m’a permis de préciser et de démontrer dans le détail et dans la transparence que je n’avais jamais eu accès au moindre élément de cette enquête", a-t-il ajouté.

Au-delà de ce dossier Karachi, "l’objectif, c’est naturellement d’atteindre Nicolas Sarkozy", a analysé Brice Hortefeux. "Il y a une avalanche de boules puantes qui se déversent toujours dans la même direction (…) On n’est pas à la recherche de vérité, on est dans un combat exclusivement politique", a-t-il estimé. "Je le dis comme ami de 35 ans de Nicolas Sarkozy, jamais, jamais, il n’a été mêlé à la moindre affaire judiciaire", a tenu à ajouter Brice Hortefeux.