Juppé, Zemmour, FN... Les dernières mises au point de Pasqua

  • A
  • A
Juppé, Zemmour, FN... Les dernières mises au point de Pasqua
Partagez sur :

L'ancien ministre de l'Intérieur est venu deux fois commenter l'actualité sur Europe 1 ces derniers mois. Deux interviews au cours desquelles il n'avait pas manqué de critiquer Sarkozy, ou d'allumer Juppé et Zemmour, sans oublier une petite mise au point sur le Front national.

ARCHIVES EUROPE 1

Retiré de la vie politique en 2011, Charles Pasqua n'en avait pour autant pas fini avec la vie médiatique. Personnage incontournable de la République, l'ancien ministre de l'Intérieur a continué, jusqu'à sa mort lundi soir des suites d'un accident cardiaque à 88 ans, de venir commenter dans les médias la vie politique et sociale. Aux mois d'octobre et mars, Charles Pasqua était venu sur Europe 1, au Club de la presse et dans Europe 1 Dimanche soir. Avec sa gouaille habituelle, l'ancien ministre de l'Intérieur avait adressé quelques saillies à Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et Eric Zemmour, sans oublier une ultime mise au point sur ses propos autour du Front national.

Il juge durement Sarkozy. De passage à Europe 1 un dimanche soir d'octobre dernier, Charles Pasqua avait livré son analyse du quinquennat de Nicolas Sarkozy. L'ancien président "avait bénéficié d'un soutien populaire et d'un grand engouement, mais malheureusement, les choses se sont déroulées autrement". "On s'en fout qu'il change l'UMP, qu'il nous parle de l'avenir du pays, qu'il nous dise quelle est sa vision des choses", avait-il encore lancé, estimant toutefois que Nicolas Sarkozy avait "droit à une seconde chance". Agacé par les querelles internes au sein de son parti qui ne s'appelait pas encore Les Républicains, Charles Pasqua avait lancé un avertissement : "Qu'au sein de l'UMP ils arrêtent de se faire la guerre, qu'ils nous foutent la paix et qu'ils étudient l'idée de ce qu'ils proposent aux Français. Autrement, ils vont tous se faire virer". 


Charles Pasqua : "Que Nicolas Sarkozy nous...par Europe1fr

"Juppé, il lui manque quelque chose". Alors en lutte pour prendre la présidence de l'UMP, Alain Juppé en avait pris pour son grade, lors de la même émission d'octobre. "Je ne suis pas venu ce soir pour tirer sur les gens comme sur un stand de foire. Mais Juppé, il lui manque quelque chose : la première, il n'a pas de charisme, et deuxièmement, lui aussi est préoccupé par son avenir", avait durement jugé l'ancien ministre. 

Eric Zemmour "ne connaît rien à la réalité des choses". Eric Zemmour avait lui aussi subi les foudres de Charles Pasqua ce soir d'octobre. Invité à réagir aux propos du livre polémique de son ancien ami, Le suicide français, Charles Pasqua s'était montré grave et sérieux. "Zemmour est toujours l'homme de la provocation et des contrastes, mais là, on est sur des sujets sérieux. Si M. Zemmour pense que Pétain a protégé les juifs de France [...], c'est qu'il ne connaît rien à la réalité des choses", s'est énervé Charles Pasqua dans l'émission de Patrick Roger et Sonia Mabrouk. L'ancien ministre de l'Intérieur avait rappelé au passage avoir fait partie d'un club secret d'anciens résistants, "le club des 22", "composé à parité de gens de droite et de gauche". "Si quelqu'un était venu tenir le genre de propos de Zemmour devant nous, je ne sais pas dans quel état il serait ressorti", avait-il conclu.

"Il ne doit pas y avoir d'accord, quel qu'il soit, entre le FN et nous". Invité en mars du Club de la presse, Charles Pasqua s'était attardé sur les raisons de la montée du Front national en France. "Il y a certainement des erreurs qui ont été commises, et elles sont encore plus anciennes que les vingt dernières années", a-t-il analysé. "On laisse galoper le Front national et on laisse penser au Front national qu'il y a une seule solution pour résoudre les problèmes, ce sont celles qu'ils proposent", a ajouté l'ancien sénateur, avant de faire une mise au point : "Je n'ai pas déclaré qu'il y avait des valeurs communes entre le Front national et nous. J'ai dit qu'il y avait, entre le Front national et nous, dans un certain nombre de domaines, des positions qui étaient proches. Mais il y avait aussi des handicaps assez importants". "Il ne doit pas y avoir d'accord, quel qu'il soit, entre le Front national et nous-même. Dans le cas contraire, c'est une condamnation à mort par nous-même de notre propre mouvement", a-t-il conclu.


Le club de la presse avec Charles Pasqua...par Europe1fr

 

>> ARCHIVES - Retrouvez cinq coups d'éclat de Charles Pasqua piochés dans les archives d'Europe 1 :


Charles Pasqua en cinq déclarations fortes sur...par Europe1fr