Juppé : face au terrorisme, les dirigeants doivent "se montrer à la hauteur"

  • A
  • A
Juppé : face au terrorisme, les dirigeants doivent "se montrer à la hauteur"
@ AFP
Partagez sur :

"Les terroristes ont déclaré la guerre à la France et à tous les Français. Cette guerre sera longue et difficile", prévient le favori de la primaire de la droite et du centre.

Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite et du centre, estime dimanche, un an après les attaques du 13-Novembre, que les dirigeants français doivent "se montrer à la hauteur" pour gagner la "guerre" contre le terrorisme.

"Mettre en place une police pénitentiaire". "Il faut que les dirigeants de la France se montrent à la hauteur, et mettent en oeuvre tous les moyens pour en finir avec le terrorisme", écrit le maire de Bordeaux sur son blog. Selon lui, "le temps presse. L'amélioration de la coordination de nos services de renseignement doit constituer une priorité de l'exécutif". "Il faut, comme je le dis depuis des mois, reconstituer le renseignement territorial, indispensable pour détecter à temps ce que les spécialistes appellent les signaux faibles' annonciateurs d'une radicalisation ou d'un passage à l'acte terroriste", préconise Alain Juppé.

Il faut aussi, selon lui, "intégrer la gendarmerie dans la communauté du renseignement et mettre en place une police pénitentiaire, car on sait que la prison est le lieu le plus fréquent de radicalisation".

Il s'est rendu samedi soir au Petit Cambodge. A propos de l'islam, Juppé se dit "convaincu que, comme les autres grandes religions, il a sa place dans la République : mais je veux qu'une lutte déterminée soit menée contre ce dévoiement de l'islam qu'est le fondamentalisme". "Il faut fermer les mosquées qui prêchent la haine, et empêcher de nuire leurs prédicateurs", demande l'ex-Premier ministre. "Je crois que le moment est venu de demander aux musulmans de France de prendre toutes leurs responsabilités pour s'inscrire dans la République comme, en leur temps, l'ont fait les juifs et les catholiques", ajoute Juppé, qui s'est rendu samedi soir au Petit Cambodge, un des restaurants visés par les attaques il y a un an.