Juppé en campagne aux Antilles sur les traces de Chirac

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Alain Juppé poursuit sa campagne aux Antilles. Une visite inspirée par les tournées effectuées autrefois par Jacques Chirac.

REPORTAGE

Une visite de Jacques Chirac aux Antilles était toujours synonyme de ferveur. Alain Juppé, candidat à la candidature à la présidentielle pour les Républicains, tente de se mettre dans les pas de son mentor avec une tournée en Guyane et dans les antielles, jusqu'au 9 avril. Europe 1 a pu le suivre mardi en Martinique.  A peine descendu de l'avion, au son des "Juppé président !" ,l'ancien Premier ministre a aussi droit à son comité d'accueil près du tapis à bagages. Quelques selfies plus tard, le voilà à la ferme au milieu des plantations de bananiers. Des Antillaises dansent, mais seule la petite de six ans a droit à une bise.

Tradition chiraquienne. Loin des embrassades de Jacques Chirac, Alain Juppé est moins démonstratif que l'ancien président. Mais le candidat à la primaire de la droite perpétue pourtant la tradition chiraquienne au moment du ti-punch ou lorsqu'une noix de coco est fendue sous ses yeux. "Moi je me serais déjà coupé le bras. J'adore ça. On peut boire un peu ?", sourit Alain Juppé.

"Juppé est chez lui". Ceux qui le croisent sont ravis. "Il est sur la droite ligne de monsieur Chirac qui aimait beaucoup les Antilles, et les Antilles le lui rendaient bien d'ailleurs. Donc monsieur Juppé est aussi chez lui", estime un habitant. "J'aime beaucoup cet homme !", lance une Antillaise qui trouve Alain Juppé "mieux" que Jacques Chirac. 

Chirac présent dans tous ses discours. Conscient de la cote de popularité de son mentor ici, Juppé ne fait pas un discours sans le citer. "J'ai pour le territoire ultra marin cette affectivité qu'il avait. Je retrouve avec beaucoup de sympathie une population qui est spontanée, enthousiaste. Je suis très touché par l'accueil qu'elle me réserve", reconnaît Alain Juppé. Il faut dire que le candidat à la primaire de la droite est en terrain favorable. Le patron local des Républicains est l'un de ses soutiens.