Julien Dray de retour pour les régionales ?

  • A
  • A
Julien Dray de retour pour les régionales ?
Partagez sur :

Le porte-parole du PS a assuré jeudi soir que la réintégration du député de l'Essonne dans la campagne des régionales avait été "prévue".

Le ciel judiciaire de Julien Dray s'est éclairci, les nuages semblent aussi disparaître de son avenir politique. Le parquet de Paris a confirmé jeudi qu'il ne renvoyait pas en correctionnellele député socialiste de l'Essonne, après l’enquête sur des mouvements de fonds suspects. Depuis, de nombreuses voix s'élèvent pour exiger sa réintégration.

Le retour de Julien Dray dans la bataille des régionales était "prévu", a assuré jeudi soir Benoît Hamon. Le porte-parole du PS a dénoncé au passage "un dossier beaucoup utilisé par le pouvoir politique", en "opportunité, avec une utilisation des fuites à la presse qui a été faite de manière délibérée".

"Je suis très contente pour lui, je souhaite qu’il retrouve sa place" dans la campagne pour les régionales dont il a été écarté par la direction du PS, avait réagi Ségolène Royal, dès mercredi soir, sur Europe 1. "J’avais même parlé de double peine. Avant même qu’il ne soit jugé, on le condamnait à l’avance en l’écartant des listes", s'était-elle indignée. Au début de l'affaire, Julien Dray lui avait reproché son manque de soutien.

"C'est un homme qui sera utile au combat des régionales", a fait remarquer Jean-Paul Huchon, l'actuel président de la région Ile-de-France. L'eurodéputé Vincent Peillon et le sénateur David Assouline ont appelé Julien Dray à prendre "toute sa place" dans le combat du PS. Manuel Valls, qui a toujours affiché son soutien à Julien Dray, a fait remarquer que la décision de revenir dans la campagne électorale appartenait au seul député de l'Essonne.

François Hollande, l'ancien premier secrétaire du PS, a quant à lui appelé à tirer toutes les conclusions de cette affaire. C'est "pour tous ceux qui ont blessé la présomption d'innocence, une leçon et une leçon qui appellerait beaucoup d'humilité pour la période qui vient", a prévenu le député de Corrèze. "Les socialistes peuvent maintenant vérifier la bêtise et la veulerie de leur comportement", s'est emporté l'ex-socialiste Jean-Luc Mélenchon, ami de longue date de Julien Dray.

Le principal intéressé n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat. Contacté par Europe 1, Julien Dray avait indiqué mercredi soir qu’il était occupé à travailler sur le budget de la région Ile-de-France. Il s'était confié à Europe 1 mercredi matin. "Même si je ne suis pas poursuivi, ils sont capables de trouver un autre prétexte, le PS est contre moi", avait-il affirmé.