Fillon lui a bien parlé des pénalités de Sarkozy, admet Jouyet

  • A
  • A
Fillon lui a bien parlé des pénalités de Sarkozy, admet Jouyet
@ MaxPPP
Partagez sur :

Le secrétaire général de l’Elysée, après voir démenti, confirme les informations des journalistes du Monde.

L'INFO. Jean-Pierre Jouyet a livré sa vérité. "Les déclarations et les articles de presse, que je déplore, me conduisent à apporter les précisions suivantes", entame-t-il dans sa déclaration lue à l'AFP, dimanche. Le secrétaire général de l’Elysée a confirmé avoir effectivement discuté avec François Fillon de l'affaire Bygmalion et des pénalités pour la campagne de Sarkozy... ce qu'il avait pourtant fermement démenti jeudi. "François Fillon m'a fait part de sa grave préoccupation concernant l'affaire Bygmalion. Il s'en est déclaré profondément choqué. C'est ce que j'ai indiqué aux journalistes du Monde qui m'ont interrogé.
 Il a également soulevé la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l'UMP pour le dépassement des dépenses autorisées dans le cadre de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy", a-t-il affirmé.

>> A LIRE AUSSI - Ce que l'on sait de l'affaire Fillon/Jouyet

fillon 640

© Reuters

"Aucune intervention de la présidence de la République dans une affaire judiciaire". Après ce déjeuner avec l'ancien Premier ministre, Jean-Pierre Jouyet aurait fait part de la démarche de François Fillon à François Hollande, selon les journalistes du Monde. "Non, non, on ne s'en occupe pas", lui aurait alors rétorqué le chef de l'Etat. Ce que son secrétaire général a confirmé dimanche : depuis 2012, "il n'y a plus aucune intervention de la présidence de la République dans une affaire judiciaire". Et d'ajouter que, concernant les pénalités pour la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy, l'Elysée "ne pouvait rien s'agissant de cette procédure relevant de la justice".

>>> LIRE AUSSI - Henri Guaino demande à Jean-Pierre Jouyet "de s'expliquer"

Maitre Jean-Pierre Mignard, proche de François Hollande, a abondé en son sens sur Europe 1, assurant ne pas comprendre comment François Fillon a pu imaginer une intervention élyséenne dans l’affaire Sarkozy car "depuis l’installation de François Hollande, il n’y a pas d’intervention dans les affaires de justice. Donc je suis plus que circonspect sur tout cela. Monsieur Fillon connaît le fonctionnement des institutions et il sait très bien que ce gouvernement n’intervient pas. Cela me semble hors sol."

Fillon invité sur TF1. Un peu plus tôt dans la journée, François Fillon, qui n’a de cesse de crier à la manipulation depuis la révélation de cette affaire, avait une nouvelle fois démenti dans le JDD, assurant "ne pas croire que le secrétaire général ait pu tenir aux journalistes du Monde les propos qui lui sont prêtés", a déclaré l’ancien Premier ministre, qui va porter plainte pour diffamation envers les deux journalistes. Quelle sera sa position dimanche soir sur Tf1, où il est l’invité du JT de 20 heures ? Une chose est en tout certaine : il aura du mal à convaincre les sarkozystes de sa bonne foi. Et c'est la guerre à droite qui pourrait reprendre bien plus tôt que prévu.